Actualités

La boussole de la CCI indique le nord

  • Publié le 15/12/2009 à 16:50
  • Par Olivier SOULIÉ
Jean-Louis Nesti, président de la CCI du Pays de Brive, s'exprimant sur le raccordement entre le nord du Lot et l'A20La CCI du Pays de Brive a apporté sa contribution au dossier du raccordement du bassin de Bretenoux-Biars à l'A20 à travers une étude transmise aux différents acteurs concernés par cet aménagement au cœur de nombreuses discussions depuis plusieurs années. 

"Une impérieuse nécessité", c'est ainsi que la CCI du Pays de Brive qualifie le futur raccordement du Nord du Lot à l'A20. Au cœur de discussions parfois enflammées entre les responsables politiques du Lot et de la Corrèze et les entrepreneurs du bassin de Biars-Bretenoux - notamment le p-dg d'Andros Frédéric Gervoson -, tant sur l'aspect financement de ce raccordement que sur l'itinéraire à emprunter, voire à créer, ce dossier semble en voie d'apaisement. Avec la bonne volonté affichée, en septembre 2008, par les présidents des départements de la Corrèze et du Lot, François Hollande et Gérard Miquel, pour faire aboutir ce dossier et à force de concertation avec tous les acteurs associatifs, politiques et industriels concernés, nombre d'obstacles empêchant l'avancement du projet ont volé en éclats. Reste néanmoins quelques décisions à prendre, et non des moindres, notamment le secteur géographique où passera la voie de raccordement.

Cette carte, présentée en juillet dernier par les conseils généraux de Corrèze et du Lot, montre les deux fuseaux nord et sud

Deux options existent: un fuseau Nord et un fuseau Sud. Deux larges bandes à travers lesquelles pourraient naître la future route, dont on ne sait pas encore si elle empruntera des voies existantes, si elle devra être créée entièrement ou partiellement et si elle sera à deux, trois ou quatre voies.

Le choix de la CCI du Pays de Brive: le fuseau Nord. Selon le président Jean-Louis Nesti, "la zone prise en compte dans l'étude (Martel, Vayrac, Beaulieu-sur-Dordogne, Mercœur, Bretenoux, Gramat, Saint-Céré, Sousceyrac) fait partie du bassin économique de Brive, puisque, sur un marché potentiel estimé à 285 millions d'euros, l'évasion commerciale vers le bassin de Brive est estimée à 97 millions". Et, côté industrie, "il faut considérer que près d'une centaine d'entreprises corréziennes sous-traitent pour Andros. Il faut donc une voie la plus directe et la plus rapide entre ce secteur et le bassin économique de Brive, et un raccordement à l'A20 au plus près du croisement autoroutier". Par exemple du côté de Nespouls, à proximité du futur aéroport, dont le président du syndicat mixte est aussi Jean-Louis Nesti ? "Si la route se trouve sur un fuseau sud, donc exclusivement sur le territoire lotois, on ne pourra pas espérer capter en Corrèze la clientèle touristique. Tandis que, si la voie est accessible facilement à partir de l'aéroport et qu'elle passe en Corrèze, ce sera différent." Selon lui, le raccordement devra d'ailleurs "avoir des interconnexions avec des sites touristiques comme Turenne, Collonges, Beaulieu et Argentat".

Précisant que "le choix de la CCI doit être étayé par des études techniques", le président Nesti parle de "l'extrême urgence à raccorder le bassin de Biars-Bretenoux à l'A20". Sur ce point au moins, tout le monde est d'accord. Sur les "détails", les discussions se poursuivent et une décision sur le fuseau finalement choisi pourrait être prise en septembre 2010.