Actualités

L’Espace des Trois provinces accessible aux malentendants

  • Publié le 24/12/2009 à 18:30
  • Par Olivier SOULIÉ
Philippe Nauche et Fabienne Cassagnes, accompagné de David Eyrignac (à gauche), ont écouté les représentants de "Maison des sourds 19" lors d'une visite aux Trois provinces hier matinLe plan communal d'accessibilité, que nous évoquions sur ce blog dernièrement, concerne les déplacements urbains mais aussi l'accessibilité des bâtiments communaux. C'est dans ce cadre que la Ville vient d'équiper, pour la somme de 9.000 euros, l'Espace des Trois provinces d'un système de boucle magnétique qui permettra à des malentendants équipés d'un appareillage auditif de percevoir pleinement les sons d'une conférence ou d'un spectacle.

La concertation a porté ses fruits. C'est, en effet, dans le cadre du groupe de travail sur le handicap, créé par la municipalité le 1er juillet dernier et qui regroupe services techniques et associations liées au handicap, que la bonne idée est arrivée sur la table. Elle vient du responsable de l'association "Maison des sourds 19", Joël Lapleau. L'idée est que la personne malentendante puisse percevoir les sons d'une conférence ou d'un spectacle sans être gênée par les sons ambiants. Le maire a pu entendre les sons réceptionnés par un appareil auditif. Les malentendants recevront les sons directement dans leur appareil auditif, ce que porte le maire sur la photo n'est que destiné à vérifier que le système fonctionne.La salle des Trois provinces est désormais équipée et une étude est en cours pour l'installation d'un système équivalent dans la salle du conseil municipal. Le nouveau théâtre, qui ouvrira en 2011, sera lui aussi équipé. Dans le cas d'une construction neuve, c'est de toute façon une obligation.

Pour bénéficier de ce système, l'appareil auditif doit posséder une position "téléphone". C'est en effet par ce récepteur là que le son émis par les amplificateurs arrivent aux oreilles des personnes concernées.

En visite hier matin aux Trois provinces, le maire Philippe Nauche, accompagné de l'élue en charge du handicap Fabienne Cassagnes et de David Eyrignac, chargé de mission à la mairie sur ce même thème, a émis l'idée qu'on puisse "prêter à ceux n'ayant pas la position "téléphone" sur leur appareil auditif des prothèses qui en sont équipées, quitte à faire des réglages sur-mesure". Alors qu'il se vend entre 1.200 et 1.500 prothèses auditives par an (environ une sur trois ont la position "téléphone") sur le bassin de Brive, le maire souhaite que le personnel d'accueil de la mairie puisse "bénéficier, dès 2010, d'une formation pour connaître les bases de la langue des signes".