Actualités

Stéphane Hessel : « l’improbable peut se réaliser »

  • Publié le 15/01/2010 à 16:10
  • Par Jennifer BRESSAN
Passage de relais entre Stéphane Hessel et les lycéens.

"On ne trahit pas son secret, je resterai donc muet." Telle est la réponse de Stéphane Hessel à la journaliste qui l'interrogeait sur le secret d'une vie, d'un enthousiasme. Tels sont aussi les mots sur lesquels Stéphane Hessel a conclu la conférence qu'il a tenue hier soir à la CCI de Brive devant une salle de 250 places comble et comblée. Muet, il ne l'aura guère été sur les autres sujets abordés par les lycéens : les droits de l'homme, l'Europe, l'écologie, le conflit israelo-palestinien et la résistance. C'est un grand monsieur de 92 ans à la voix assurée, aux mots sagement pesés et à la verve pétulante, qui s'est adressé à un auditoire attentif et sous le charme. au pupitreCette conférence, organisée par Les Amis de la Vie en partenariat avec la Ville de Brive et le centre Edmond Michelet, a pris la forme d'un dialogue avec des lycéens qui avaient préparé des questions à son attention. L'occasion pour ce grand homme, résistant et déporté dans les camps nazis puis co-rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948, de revenir sur des thèmes qui lui tiennent à cœur. 

question des jeunes

A l'heure où le débat télévisuel sur l'identité française faisait rage, hier soir, Stéphane Hessel a livré à l'auditoire le regard qu'il pose sur le monde, la France et l'homme. Un regard qui n'est pas angoissé mais préoccupé, attentif et tendu vers un avenir en lequel il ne cesse de croire. L'inlassable médiateur, humaniste, pacifiste et écologiste a rappelé que l'hexagone est encore vu par-delà les frontières comme la terre où les droits de l'homme ont vu le jour et où la démocratie et la liberté d'expression sont respectées.

La vie."Cet héritage d'accueil est une donne française. Ranimer les tendances xénophobes est une démarche risquée", avance-t-il. D'autant qu' "on devrait arriver à s'entendre", rappelle-t-il inlassablement. Stéphane Hessel se veut optimiste : l'impossible peut se réaliser" et de fait, il s'est réalisé. Il cite pour exemple l'élection pleine d'espoir du président américain mais aussi la chute du Mur de Berlin, la fin du régime de l'Apartheid. Des raisons de rester optimiste. "La solidarité est la force de ce siècle", affirme-t-il. Elle est la solution à l'interdépendance qui régit le monde actuel. S'il faut rester confiant, il faut aussi être actif, s'engager, résister contre l'indigne".

Stéphane Hessel s'est prêté au jeu de l'"interrogatoire" avec plaisir, précision et force anecdotes, dates et événements, dénotant de la qualité d'une mémoire qui, à 90 ans passés, ne lui fait absolument pas défaut. 

Stéphane Hessel et les Philocrates.

L'unique silence de la soirée s'est installé à la suite d'une question posée par de jeunes élèves de CM2 qui conclut la soirée : "Quel est le rêve de votre vie ?" Une question inattendue, personnelle : "J'ai cinq petits enfants qui grandissent... J'aimerais qu'ils se disent plus tard que leur arrière grand-père a eu de la veine, qu'il a vécu une vie merveilleuse. Oui... Cette pensée-là m'éblouit". Un ultime mot bien choisi pour rendre compte de l'impression d'un public sous le charme.

 

******************************************



 



Un public sous le charme.