Actualités

Un bateau dans la cour de l’école

  • Publié le 19/01/2010 à 17:15
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Serge Jandaud et des ékèves de Paul de Savandy à bord du bateau de sa transpacifique 2010

Un bateau blanc de 7m dans la cour de l'école, voilà bien une chose extraordinaire. C'est le bateau que Serge Jandaud va utiliser pour traverser à la rame l'Atlantique Sud: 15.000km en huit mois, du Pérou à la Nouvelle-Calédonie puis l'Australie. Un défi fou! Avant son départ fin mars, le cardiologue toulousain a présenté aujourd'hui son aventure aux enfants de l'école qui suivront son parcours par internet dans le cadre d'un projet pédagogique. Les gamins ont tous voulu monter à bord.



Serge Jandaud expliquant sa précédente transatlantique aux enfanst de l'école Paul de Salvandy"Vous savez, ma grand-mère était écolière ici", explique avec émotion Serge Jandaud alors que l'écran affiche à l'appui une photo de classe datant de 1935. "Monsieur, vous vous sentez pas seul sur le bateau des fois?", demande sans perdre le cap une petite voix à côté de lui. "Un peu, mais ça passe, c'est comme le mal de mer", répond en souriant le rameur.

Serge Jaudaud a vite conquis les gamins avec son bateau baptisé "Clinique Pasteur Toulouse", son employeur sponsor. Les enfants ont tous voulu monter à bord, fureter dans le moindre coin. Les présentations étant faites, le médecin du cœur leur a projeté une vidéo de son précédent périple en 2006, une transatlantique également en solitaire et sans assistance (seulement 5.400km!).

Le rameur a subi un flot de questions"Où elles sont les toilettes?", interroge soudain un garçon. "Tout autour du bateau. Je me sers d'un seau", réplique le navigateur. "Et vous avez une télé à bord?", s'inquiète un autre. "Pourquoi vous faites chauffer l'eau?", s'étonnent certains. Le rameur explique à nouveau le four solaire qui lui permettra de chauffer son eau pour ses repas lyophilisés. "Mais, les requins pèlerins, vous en avez vu?", insiste un élève. Les enfants ont assailli l'aventurier d'un flot de questions auquel il a bien fallu mettre un terme. L'heure de la sortie était largement passée et les parents attendaient impatiemment leurs rejetons.

C'est peu de dire que le sujet les passionne. Ce sera d'ailleurs un projet pédagogique pour l'école et ses 140 élèves en maternelle et primaire. "Nous allons suivre son aventure de bout en bout", affirme le directeur François Clauzel. "Ce projet va nous permettre de travailler la géographie en le repérant sur la carte, les sciences aussi en étudiant le four solaire, l'informatique puisque nous communiquerons aussi avec lui... Au delà de tout ça, c'est une aventure exceptionnelle qui leur montre le sens de l'effort. Après les deux mois de vacances, lorsqu'ils reprendront l'école, ils verront que lui pendant ce temps a toujours continué à ramer."

Visite du bateau dans ses moindres recoinsSerge Jandaud partira fin mars 2010 pour traverser cette fois le Pacifique Sud, de Lima au Pérou à Brisbane en Australie, avec une petite escale en Nouvelle-Calédonie, vraisemblablement l'île des Pins. Il lui restera alors quelque 1.600km pour arriver au pays des kangourous. Son périple ne s'arrête pas là. Ses compères habituels le rejoindront pour traverser à vélo l'Australie de Brisbane à Darwin. Le sport, c'est la santé. "Le cyclocamping est ma passion. Je passe toutes mes vacances à vélo", explique le docteur. Il a d'ailleurs à son actif un tour du monde à la force des mollets, 21.000km sur un an entre 1998 et 1999, pour ne citer que son plus grand périple à vélo.

L'aventurier est paré pour sa transpacifique. "Ce sera une première traversée française." A titre de comparaison, pour sa traversée du pacifique Nord en 1991, Daboville avait engrangé 8.000km. Pour réussir son exploit, il a prévu un dessalinisateur de rechange, trois paires de rames, bien sûr de l'accastillage de rechange... sans oublier quelques bouteilles de vin corrèzien, certainement pour agrémenter ses repas lyophilisés. Il ramera 8 heures par jour, encore plus vers l'arrivée, et peut-être même de nuit, pour ne pas perdre le cap.

Pour la postérité, les enfants autour de Serge Jandaud avec sa grand-mère qui était élève à l'école de filles aujourd'hui Paul de SalvandyToute la journée, le rameur s'est fait moult fois photographier avec les élèves avec son nouveau bateau "insubmersible et auto-redressable", utilisé par Anne Quéméré pour sa traversée de l'Atlantique. Petite émotion en fin de journée, lorsque l'aventurier solitaire a été rejoint par sa grand-mère qui retrouvait ainsi son école dans laquelle elle n'était pas revenue depuis... "Houuu! Très longtemps!"