Actualités

Coupe d’Europe de rugby : le bon point du CABCL face à Llanelli

  • Publié le 23/01/2010 à 22:11
  • Par Jean René LAVERGNE
L'enjeu tue le jeu parfois, alors dans un match sans véritable enjeu , les acteurs ont proposé un véritable récital de rugby. Pas de temps mort ou si peu pour faire chanter le cuir. A la clef des essais, Brive va en pointer trois, les Scarlets deux, mais ils vont rafler la mise (20-17). Stephen Jones le butteur a fait un sans faute, Andy Goode a eu tout faux, la différence s'est faite une fois encore à ce niveau là, mais c'est sans grande importance, dans ce match les Corréziens ont marqué un bon point.

Après cette dernière journée de Coupe d'Europe, la lecture sèche des résultats avec aucune victoire et un misérable point de bonus défensif gratté ce soir, n'est pas à priori flatteuse pour cette équipe briviste. Il est vrai que pour un retour sur la scène européenne, après une interminable éclipse d'une dizaine d'années, on pouvait s'attendre à moins mal. " C'est notre premier match perdu à Llanelli qui a plombé notre parcours", souffle Hugo Mola le chef des entraîneurs qui en toute logique devrait signer dans les prochains jours un nouveau bail avec le CABCL.

Premier match, première défaite, puis déroute à domicile face aux champions d Europe. La compétition était finie avant qu'elle n'ait vraiment débuté. Face aux London-Irish punition encore à la maison et correction sur les rives de la Tamise. Une vraie galère cette coupe d'Europe, et bien pas si sûr. La semaine dernière en Irlande, bien que battus, les Corréziens vont chuter avec les honneurs. Ils feront douter les champions qui ne devront leur salut qu'à la grâce de quelques coups d'éclats dans la nuit d'encre irlandaise. Ce soir, malgré la perspective du match rapproché de mercredi  prochain face à Montauban, cette équipe du CAB a encore grandi. Le jeu offert à quelques milliers de supporters a soulevé des vagues d'enthousiasme. Un jeu rapide, alerte et des temps de jeu a n'en plus finir. Du rugby champagne et une belle guirlande d'essais, un tout en force des gros, puis cinq minutes plus Horacio Agulla se frise sur le côté droit, il bonifie une offrande au pied de Riki Flutey (10-0).

Les Gallois vont comme toujours ne rien lâcher. Ils vont revenir dans le match juste avant la pause, un essai transformé, une pénalité (10-0). N'oublions pas qu'il s'agit d'un match sans réel enjeu, cela a le mérite de libérer les garçons qui ont envie de ''s'y filer''; ça joue juste et parfois même très bien, mais a trop oser on s'expose aussi à quelques revers et toc, l'ailier gallois jaillit de nul part pour aller cogner en coin. Jones transforme et le score plaide la cause de ces Gallois (17-10).

Brive encore en difficulté, sans doute, mais le moment n'est pas à pleurnicher. On fait rentrer du sang frais, et les Corréziens qui ont laissé aux vestiaires les complexes vont continuer à balayer le terrain de droite à gauche et inversement avec des actions incisives. Sur l'une d'elle, au terme d'une séquence déroutante, les Gallois perdent la boussole. Ronnie Cooke met le cap dans l'axe des poteaux, troisième essai de la soirée et Luciano Orquera finit le travail en réussissant une pénalité à 18 mètres (17-17).

Le score aurait peut-être pu en rester là, mais le Gallois ne verse pas dans le sentiment, c'est n'est pas le genre de la maison si une occasion se présente de "tuer" le moral de l'adversaire il ne s'en prive pas. Alors Stephen Jones ne va pas s'en priver, pénalité à quarante neuf mètres des poteaux, il prend sa chance, tir tendu et le ballon entre les bois. Un maître coup de pied qui force le respect (20-17). Le score en restera là, Brive arrache le point du bonus, ça ne veut pas dire grand chose sur le fameux plan comptable, mais alors pour le capital confiance c'est tout bon.