Actualités

Les gens du voyage bientôt bien accueillis

  • Publié le 29/01/2010 à 17:42
  • Par Olivier SOULIÉ
Patricia Bordas et Philippe Nauche sur le site de l'aire d'accueil de Cana

Pour répondre au schéma départemental des gens du voyage en Corrèze, approuvé le 16 janvier 2004, qui prévoit pour Brive la création de terrains familiaux avec habitats adaptés, d'une aire d'accueil de passage courant et, au niveau de l'agglo, d'une aire de grand passage, des travaux d'ampleur ont été réalisés ces derniers mois. Au final, l'engagement est tenu puisque les chantiers sont en passe d'aboutir.

L'aire d'accueil de Cana est en phase d'achèvementCet après-midi, le maire de Brive Philippe Nauche et le premier adjoint Patricia Bordas étaient de passage sur les sites qui, sans tarder, accueilleront les gens du voyage.

Première étape: l'aire d'accueil de passage courant à Cana. Surplombant la zone éponyme, 17 emplacements pouvant accueillir une ou deux caravanes. Destinée à un passage ne pouvant, sauf dérogation très exceptionnelle, excéder trois mois renouvelable une fois, cette aire est en cours d'achèvement. Chaque emplacement accueille une famille et bénéficie d'une douche, d'un wc, d'un bac à laver et de prises électriques. Les utilisateurs, assujettis à une redevance d'occupation, paieront bien sûr leur consommation d'eau et d'électricité, et pourront être suivis par des assistantes sociales au sein d'une salle de réunion, à l'entrée du site. Cette aire, avec du gardiennage, sera gérée par le même prestataire que les aires équivalentes de Tulle et de Malemort. "Au prochain conseil municipal, nous présenterons le règlement intérieur et le contrat de séjour qui sera signé par l'utilisateur", a expliqué Patricia Bordas. Cet espace d'accueil, "un quasi copié-collé de ce qu'on a vu à Rochefort en septembre 2008 et qui fonctionne très bien", a soutenu le premier adjoint, aura coûté 1,7 millions d'euros. Ouverture prévue le 2 avril.

Visite de la future aire de grand passageDeuxième escale, à la limite de Brive, sur la commune de Saint-Pantaléon de Larche, loin de son bourg. A deux pas, les serres municipales. Ici va naître très bientôt l'aire de grand passage, destinée aux grands rassemblements, essentiellement les missions évangéliques des gens du voyage. Ce terrain de deux hectares, aménagé pour un coût de 480.000 euros, pourra accueillir jusqu'à 100 caravanes. Son ouverture permettra en outre à la Ville d'être en conformité avec la loi et donc de pouvoir lutter plus efficacement contre d'éventuels stationnements illégaux.

Le terrain des Rebières

Dernière étape: les terrains familiaux. "Ces deux premiers terrains des Rebières serviront en quelque sorte de maisons-témoins pour rassurer ceux qui ne savent pas encore ce dont il s'agit", a expliqué Philippe Nauche. Bien loin de l'image du camp de Bouquet, on trouvera là, dès fin mai, deux maisons ossatures bois de type F2 d'une surface de 53m2, accessibles aux personnes à mobilité réduite. Posés sur deux terrains clôturés d'environ 600m2 et susceptibles d'accueillir 3 caravanes maximum, ces logements comprendront une pièce à vivre, une chambre, un dégagement, un wc et une salle d'eau. L'aménagement des deux terrains aura coûté 278.000 euros. Les deux premières familles accueillies, deux couples avec trois enfants scolarisés à l'école de Bouquet, viennent du "camp" du même nom.

Devant le terrain des Rebières"Lorsque ces terrains seront prêts, chacun pourra constater de visu qu'on n'a pas l'intention de faire des "camps de Bouquet bis" un peu partout dans la ville", a expliqué Patricia Bordas. "Ce sera simplement de l'habitat social comme on en trouve ailleurs - avec un fonctionnement classique, paiement de loyer, compteur d'eau et d'électricité comme dans tout logement - avec simplement un terrain assez grand pour accueillir des caravanes, voila tout."

"A terme, nous souhaitons fermer le camp de Bouquet", a conclu le maire. "Difficile de donner une échéance précise, mais disons que fin 2011, on devrait déjà avoir grandement avancé."