Actualités

La soupe rose de la cuisine à l’assiette

  • Publié le 15/03/2010 à 14:30
  • Par Jennifer BRESSAN
Le rendez-vous avait été pris, il y a 10 jours, alors que des enfants de 6 à 12 ans de plusieurs centres de loisirs et écoles de la ville s'étaient mis aux fourneaux pour concocter une étonnante et rigolote soupe rose. Aujourd'hui, l'heure de la dégustation a sonné dans tous les restaurants scolaires de Brive. L'école maternelle Jean de la Fontaine, aux Chapélies, était bien sûr de la partie. Réactions et opinions des enfants. A chaud.

Lorsque les bols vides se remplissent de cette étrange mixture rose fluo, les regards des enfants valent le détour ! Etonnés, amusés et même inquiets pour certains, ils observent avec attention ce qu'on est en train de leur servir. 

Téméraire, chacun enfourche pourtant sa cuillère et s'essaye à la dégustation. Le verdict? "C'est bon", se délecte Hafid qui en redemande une seconde louche. Tayana, elle, n'aime pas trop mais "j'ai goûté quand même comme maman me demande de faire", confie-t-elle avec fierté. Pour certains, une épreuve, pour d'autres un plaisir qui laisse les empreintes du régal sur les frimousses, la soupe rose n'a en tout cas pas laissé indifférents les enfants. 



Shamira Kasri, maire adjoint à la politique familiale, Nicole Chaumont, maire adjoint en charge des affaires scolaires, Joëlle Larivière, directrice des affaires périscolaires, et Pauline Marty, chargée de mission au développement durable, qui a pris le projet à bras-le-corps, étaient présentes pour cette première, au côté des enfants.  Pour les féliciter, les encourager, les réconforter...

Si les avis sont mitigés, tous les enfants ont plongé leur cuillère dans l'étonnante soupe à la pomme et à la betterave. Une association audacieuse qui visait à faire découvrir aux petits de nouveaux gôuts et à les porter vers une série de légumes d'hiver qui n'ont généralement pas trop la côte et dont la betterave fait partie.

la soupe rose

Cette soupe s'inscrit dans le projet "Ambassadeur du goût" et de façon plus large dans "Du champ à l'assiette", un programme qui vise à recréer un sens et du lien entre la terre, les hommes qui la travaillent et la nourriture que les enfants retrouvent dans leurs assiettes.

Derrière le jeu, l'enjeu: donner aux petits l'envie de manger une nourriture bonne, écolo, bio et surtout diversifiée pour que ces "conso-mangeurs" de demain deviennent des citoyens curieux et gourmets. Une nouvelle opération des "Ambassadeurs du goût" sera concoctée dans le printemps avec une recette printanière cette fois-ci.