Actualités

Belle équation entre maths et histoire

  • Publié le 18/03/2010 à 16:12
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Ahmed Djebbar racontant l'histoire des mathématiques aux lycéens de d'Arsonval

La cité d'Arsonval a vécu aujourd'hui à l'heure des sciences avec la visite d'un invité de prestige, Ahmed Djebbar: un mathématicien réputé, doublé d'un historien des sciences, qui plus est chercheur au CNRS. Bref, une sommité aux talents de conteur qui a jonglé avec les nombres et l'algèbre devant collégiens et lycéens.



Une questionLes équations ont défilé sur l'écran blanc, une dérivée délogeant une parabole, avant que le rétroprojecteur ne s'éteigne définitivement. "Et rappelez-vous: les mathématiques ne se démodent pas et ne s'usent pas, même quand on s'en sert", a conclu l'historien mathématicien. Seconde de silence puis les applaudissements ont vite fusé. Juste quelques instants pour répondre à de brèves questions et l'intervenant filait prendre son train pour Lille.

Le temps, suspendu par la rencontre magique avec cette personnalité de haut niveau, a repris son cours dans la cité scolaire d'Arsonval. Tous les lycéens qui le souhaitaient pouvaient assister à cette conférence de deux heures sur "La phase arabe de l'algèbre". Le matin même, c'était "La grande saga des nombres" pour les collégiens, des classes de 6e des collèges d'Arsonval et Jean Moulin, l'aboutissement d'un partenariat entre les deux établissements.

Encore des questions après la conférence"Ça change des math en cours", reconnaissent Pierre-Adrien, Manon et Caroline, tous les trois en seconde. "En classe, c'est toujours des formules à apprendre, un peu plaquées comme ça. Derrière, il y a en fait une histoire." Une histoire qui se déroule même sur plusieurs millénaires. L'orateur méditerranéen aura séduit son auditoire. Le trio n'aura pas osé demander au professeur l'origine de cette passion pour les maths. Alors, on l'a fait pour lui. Réponse: "Ce sont des professeurs qui me l'ont inculquée. Ce qui m'a séduit dans les mathématiques, c'est la rigueur et le caractère logique. Ça m'a pesé aussi et je me suis enfui par la suite vers l'histoire." Avec comme conséquence, cette belle équation entre les deux.

Ahmed Djebbar

le mot de la fin