Actualités

L’hôpital de Brive honore son personnel

  • Publié le 20/04/2010 à 13:16
  • Par Michel DUBREUIL

Les médaillés et retraités de l'hôpital


130 agents du centre hospitalier de Brive, médaillés et retraités, ont été honorés. A l'occasion de cette cérémonie, l'avenir de l'hôpital et de son personnel a été évoqué par plusieurs intervenants.



Avec 1.800 personnes, le centre hospitalier de Brive est le premier employeur du département. Un chiffre que n'a pas manqué de souligner Laurent Vaubourgeix, le directeur de l'hôpital. "Dans un contexte économique général difficile, et le champ de la santé n'est pas épargné par les difficultés, le centre hospitalier de Brive, tout en maintenant ses équilibres financiers, est toujours créateur d'emplois: 120 au cours des trois dernières années, qu'ils soient non médicaux et médicaux. L'hôpital attire toujours plus de compétences médicales dans toutes les disciplines et nous procédons à des recrutements significatifs actuellement, ce qui n'est pas commun dans le domaine de la santé publique."

Les personnalités lors des interventionsCette politique de recrutement est accentuée par la particularité démographique de l'établissement briviste, liée à son histoire. Les départs à la retraite sont en nombre élevé, "et variable du fait de la position des personnes concernées au regard des évolution des droits". En 2009, ils étaient au nombre de 45. A cette occasion, le directeur de l'hôpital  a annoncé qu'il accéderait lui aussi au statut de retraité qui sera effectif à partir de fin juillet. "Les formalités de succession sont engagées depuis janvier afin qu'il n'y ait pas d'intérim et que la personne nommée puisse assurer rapidement la continuité de la direction." Plus de 300 emplois seront ainsi renouvelés sur une période de 3 à 5 ans.

Frédéric Filippi a insisté également sur cet aspect positif. "L'effectif du personnel augmente d'année en année (plus de 40 emplois chaque année depuis 2008) à l'inverse de ce qui se passe ailleurs. C'est la preuve, a-t-il ajouté en direction du personnel, alors que nous sommes dans un environnement concurrentiel, que vous êtes capables, par vos compétences, votre dynamisme et votre sens du service public, de faire de cet hôpital un établissement reconnu pour ses qualités professionnelles et humaines."

82 médailles ont été remises lors de cette cérémoniePour le président du conseil d'administration, il faut "être offensif". "Regarder et anticiper l'avenir, ce n'est pas perdre des compétences, c'est au contraire en gagner, en chirurgie obstétrique comme en néonatalogie par exemple." A l'occasion de la mise en place de la loi Bachelot et de la fin du conseil d'administration qui jusque là avait autorité pour définir la stratégie d'établissement, Frédéric Filippi précisait fermement qu'il ne voulait pas "que ce soit l'Etat qui impose demain, à une nouvelle direction, avec pour seul préalable la rentabilité économique, des choix stratégiques qui ne sont favorables ni à l'hôpital public, ni à la population dans sa globalité".

Il a ainsi annoncé que le prochain conseil d'administration de l'hôpital aura à valider "la création d'un internat, d'entrouvrir un autre avenir à l'IFSI (Institut de formation en soins infirmiers, NDLR), et de retenir un projet architectural qui se construira à la place des maisons de retraite pour le futur centre gériatrique".

Philippe Nauche s'est adressé aux médaillés qui avaient su "servir l'intérêt général". S'il s'est félicité également de la progression des effectifs hospitaliers, il a rappelé que ce mouvement était aussi du à la sous-dotation qui, par rapport à son activité, avait longtemps affecté l'hôpital de Brive.