Actualités

Les facteurs toujours en grève

  • Publié le 24/03/2009 à 15:15
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Les facteurs devant la mairieLa situation est toujours bloquée à la Poste principale de Brive. Prêts pourtant à reprendre le travail sur la base de l'ancienne organisation de la distribution, mais devant le refus de la direction, les facteurs ont reconduit ce matin leur grève. Lire notre article d'hier.

En fin de matinée, une délégation a été reçue en mairie. La Ville devrait plaider auprès de la direction de la Poste pour un déblocage de la situation qui pénalise lourdement les habitants.

Les facteurs tiendront une nouvelle assemblée générale demain matin avant de rencontrer le sous-préfet. Donc toujours pas de courrier, si ce n'est celui distribué par les cadres de la région mobilisés par la Poste.

Postiers devant la mairie

"Non à la mort du facteur, Oui au maintien du service public", proclamait la banderole brandie par les facteurs rassemblés en fin de matinée devant la mairie. "Nous on est pour les négociations. Mais la direction ne veut pas négocier, au mépris de la loi et du code du travail", s'insurge une factrice de la Poste principale de Brive où 100% des facteurs font grève. "On était d'ailleurs prêts à reprendre le travail ce matin, sur la base de l'ancienne organisation, tout en poursuivant les négociations jusqu'à ce qu'on arrive loyalement à un accord satisfaisant concernant la réorganisation que nous impose la direction", explicite sa collègue. Les agents sont donc déterminés, s'il le faut, à poursuivre le mouvement.

Sortie de l'entretien avec le député-maire Philippe NaucheLe bras de fer se poursuit depuis le 20 mars, date à laquelle la direction de la Poste a rendu effective cette nouvelle organisation des tournées. Celle-ci conduit à répartir la distribution sur trois unités, Malemort, Brive et Ussac, en déployant les effectifs de Brive principal sur les deux autres sites. Les facteurs dénoncent "une dégradation des conditions de travail et des services rendus". Les agents relayés par les organisations syndicales ont d'ailleurs annoncé qu'ils allaient saisir le juge en référé, une procédure d'urgence qui pourrait suspendre ladite réorganisation.

Devant la situation plus que bloquée, les facteurs se sont tournés vers la mairie. Une délégation représentative des personnels en grève et de l'unité syndicale a été reçue en fin de matinée par Philippe Nauche et deux de ses adjoints, André Pamboutzoglou, vice-président du conseil régional et Jean-Claude Chauvignat, conseiller général.

Peut-être vers une réouverture des négociations"Nous n'avons aucune influence directe sur la Poste", temporisait le député-maire. "Mais nous avons entendu le profond désaccord de l'ensemble des facteurs quant à cette nouvelle réorganisation et leur disponibilité à reprendre le travail. Nous allons intervenir auprès de la Poste pour que les négociations reprennent dans un climat de confiance et de respect mutuel. D'autant que le service dit minimum mis en place à partir de cadres dits volontaires n'est pas satisfaisant et pénalise les habitants." Un courrier dans lequel Philippe Nauche a exprimé sa "plus vive inquiétude quant aux répercussions négatives dans le domaine économique que produirait cette situation de blocage si elle devait perdurer dans l'avenir".

Satisfaction du côté des organisations syndicales qui ont eu le sentiment d'être entendu: "Nous avons toujours eu le soutien des élus", rappelait Pierre Sinte, secrétaire départemental FO Poste. "Demain, nous tiendrons une nouvelle assemblée générale à 7h30 et nous nous rendrons également à la sous-préfecture."

Les facteurs en grève, autour de leur banderole