Actualités

Contre les MST, l’indispensable action du dispensaire

  • Publié le 28/04/2010 à 07:11
  • Par Jennifer BRESSAN

Le dispensaire fait son dépistage au centre Jacques Cartier



Le dispensaire mène son action de sensibilisation et de dépistage des MST et de la tuberculose tant intra muros, à l'hôpital, qu'à l'extérieur, dans les collèges et les discothèques notamment. Il étend désormais son intervention. Pour la première fois, le docteur Bruno Abraham et l'infirmière Florence Bourguet se sont déplacés, vendredi dernier, au centre Jacques Cartier. Le centre mènera une nouvelle journée de dépistage et de prévention au centre socioculturel vendredi 30 avril de 9h à 13h.



Le docteur Bruno Abraham et Florence Bourguet, infirmière au dispensaireVendredi matin, le docteur Bruno Abraham et Florence Bourguet étaient à pied d'œuvre au centre socioculturel Jacques Cartier. Tout était fin prêt. La seringue pour la prise de sang, les films pour des informations ludiques, des jeux pour les plus jeunes et enfin, eux pour répondre à toutes les questions et les doutes des personnes relatifs aux MST. Malgré leur présence et leur motivation, l'affluence de la matinée est restée faible. Ça ne les a guère surpris: "C'est une première, un essai. Pour la suite, on modulera les horaires, les lieux selon nos observations", relate le docteur infectiologue.

Ces interventions externes marquent la volonté du dispensaire d'aller à la rencontre des gens: "Aller à l'hôpital peut-être un frein pour certains; d'autres ont aussi du mal à se déplacer. Nous voulions que cette matinée soit l'occasion de débats libres et variés sur les maladies sexuellement transmissibles: le SIDA, l'hépatite B ou encore la chlamydiae. En terme de dépistage, 800 actes sont effectués à l'hôpital sur l'année et 50 dans le mois au dispensaire. Les tests réalisés à Jacques Cartier par l'infirmière sont gratuits et anonymes, comme c'est le cas au dispensaire. Avec les MST, la tuberculose est aussi un des combats menés par le centre. Une maladie qui existe encore: chaque année, 10 à 15 cas sont détectés en Corrèze.

examenLe dispensaire, qui intervient dans toutes les classes de 3e de la Corrèze, informe les adolescents et transmet un message: "Se faire dépister doit devenir une routine. C'est essentiel d'autant que le traitement est désormais efficace", affirme le docteur Bruno Abraham. "Le traitement, le dépistage et le préservatif constituent un trio gagnant pour venir à bout de la propagation du VIH."

Le dispensaire renouvelle cette opération de dépistage anonyme et gratuit au centre socioculturel Jacques Cartier vendredi prochain, le 30 avril entre 9h et 13h.

Infos : Centre d'information, de dépistage, de diagnostic des infections sexuellement transmissibles (C.I.D.D.I.S.T.) à l'hôpital de Brive, 10e étage. Tel. : 05.55.92.66.11.

Le docteur Bruno Abraham

Les préservatifs, le traitement et le dépistage, les meilleures armes pour endiguer la propagation du virus