Actualités

Un conseil municipal qui ne manquait pas de matière

  • Publié le 21/05/2010 à 12:16
  • Par Michel DUBREUIL
5 millions d'euros sont consacrés à la voirie83 dossiers, parmi lesquels le compte administratif, le plan piscines, les nouveaux tarifs du conservatoire et des activités périscolaires, sans compter les présentations de la Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager de Brive et du Plan de déplacements urbains de l'agglo de Brive, 6 heures 30 de débats, le dernier conseil municipal de Brive, qui se tenait hier soir, ne manquait pas de matières.

En guise de préambule à ce conseil exceptionnel, les élus ont eu droit à la présentation  de la Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager de Brive (ZPPAUP) par l'équipe chargée de l'étude. Initié en octobre 1999, ce projet a pour but d'assurer une meilleure gestion du patrimoine architectural et paysager de la ville. Il sera exposé au public avant et durant toute la phase d'enquête publique menée par l'Etat. Complémentaire du Plan local d'urbanisme, ce document permettra également de mettre en place une politique incitative en direction des propriétaires afin d'aider à la rénovation des bâtiments.

  • Compte administratif: "C'est le juge de paix", selon l'expression du député-maire Philippe Nauche, la photographie exacte  de l'exécution du budget primitif 2009. Dans son analyse, Frédéric Filippi, adjoint chargé des finances, en a tracé les grandes lignes. Sur un budget de 26,91M€, l'investissement effectif s'élève à 17,5 M€, plus que l'objectif prévu. Parmi ces investissements, la plus grosse part, soit 5 M€, a été attribuée à la voirie, avec de grosses opérations comme le boulevard Voltaire, l'avenue du 18 juin, sans oublier l'entretien des trottoirs. Une somme qui représente le double du budget moyen des trois années précédentes 2006, 2007 et 2008. A cela viennent s'ajouter les travaux dans les écoles, l'accueil des gens du voyage, le gymnase Lavoisier, etc. Ces nouvelles dépenses d'investissement n'ont pas été financées par une explosion de la dette (885 € par habitant) en dessous de la moyenne des villes équivalentes (1.173 €), ni par une augmentation des taux brivistes des impôts locaux. Les charges de fonctionnement sont restées quasi stables (plus 0,03%), grâce à d'importants efforts de gestion et des diminutions sensibles dans des domaines comme les fêtes et cérémonies, les locations mobilières, la consommation d'eau, d'électricité, des carburants, etc. La masse salariale a été également contenue.

  • Plan piscines: Autre gros dossier; dans cette opération, la ville veut prendre en compte les trois sites existants dans une perspective de complémentarité géographique et technique. Les piscines Montjauze en centre ville, Caneton à l'ouest, et Gaëtan Devaud à l'est, seront rénovées afin de répondre aux besoins des scolaires, des clubs et des usagers et aussi à différentes pratiques: la pratique éducative dans un milieu scolaire, la pratique sportive en milieu associatif, et la pratique ludique "libre". Montjauze, qui accueillera un bassin de 50 mètres, sera à dominante éducative, sportive, et sport-santé. Caneton sera réservé aux scolaires et aux clubs, et Gaëtan Devaud sera à destination des centres de loisirs et du public. Pour rester dans le domaine du sport, un terrain de rugby synthétique sera réalisé aux Boriottes afin de répondre aux besoins de plus en plus importants. 600.000 € seront consacrés à cet équipement qui permettra une fréquence d'utilisation quatre fois supérieure au gazon traditionnel.

  • Harmonisation des tarifs périscolaires et du conservatoire: jusqu'à présent, il existait un tarif pour les centres de loisirs gérés par les centres socio culturels, et un autre tarif pour ceux gérés par la Caisse des écoles. Depuis le transfert des activités de celle-ci à la Ville apparaissaient donc deux tarifs différents. La municipalité a souhaité harmoniser ces tarifs sur les mêmes bases fiscales et les mêmes critères, afin  d'introduire plus de justice sociale et d'adapter les tarifs à la réalité du pouvoir d'achat de chaque administré. Le résultat est une forte diminution  des tarifs pour les revenus bas et moyens, aujourd'hui oubliés des dispositifs d'aides sociales. Cette même philosophie a conduit à la révision des tarifs du conservatoire afin de rendre cette structure plus accessible aux familles les plus modestes et aux classes moyennes. 50% des familles verront ainsi leur participation baisser dans toutes les disciplines: des baisses qui vont de 18 à 55% pour les enfants et de 2 à 87% pour les adultes.

  • Radars: Dans le cadre de la lutte contre l'insécurité routière, l'Etat, en accord avec la Ville, a décidé d'implanter des radars de franchissement de feux rouges sur trois sites: le carrefour des avenues du Président Roosevelt, Pierre Sémard et des boulevards Colonel Germain et de Jouvenel; du carrefour de l'avenue du Président Kennedy et de l'accès au centre Leclerc; et du carrefour avenue de Paris, rue Toulzac, boulevards Anatole France et Koenig. Un mois de test sera effectué en septembre avant la mise en action de ces radars. Deux radars vitesse sont également envisagés par l'Etat: un avenue Alsace Lorraine et un second avenue Abbé Alvitre.