Actualités

Le « permis piéton » : une primaire attitude

  • Publié le 27/05/2010 à 12:45
  • Par Marie Christine MALSOUTE
23 élèves CE2 CM1de l'école du Pont Cardinal ont obtenu leur permis piéton ce matin

Pendant la récré de 10h, les 23 élèves d'Estelle Perdereau sont restés studieusement dans leur classe du Pont Cardinal, en compagnie de la police nationale. Aujourd'hui, ils passaient leur examen du permis piéton. Et ils l'ont tous brillamment réussi. Comme eux, 14 classes de Brive ont suivi cette année cette sensibilisation et 325 primaires ont déjà obtenu leur permis.



distribution des questionnaires d'examen"Ça vous a paru difficile?", demande le brigadier de police Richard Laguillaumie, en relevant les formulaires aux douze questions. "Nonnnnn", répondent en chœur les 23 élèves en CE2 CM1, soulagés d'en avoir fini et malgré tout quelque peu impressionnés par ce premier examen de leur jeune vie.

"Vous avez bien travaillé. C'est du bon niveau", les félicite le policier. "La bonne nouvelle, les enfants, c'est que tout le monde est reçu. La plus basse note est 16 et il y a beaucoup de 20." Fierté sur toutes les bonnes bouilles qui virent au rouge en recevant chacun son tour le permis nominatif.

Formulaire d'examenCette classe pilote s'est également vu remettre une web cam et chaque élève un gilet fluo estampillé du "J'ai mon permis piéton". "C'est bien, on pourra le mettre pour aller à la bibliothèque", remarque l'un d'eux en enfilant aussitôt le voyant vêtement.

"On a appris plein de choses, les dangers de la rue", reconnaissent les enfants. "Maintenant, on sera plus prudent", assurent-ils. Ce qu'a d'ailleurs constaté leur maîtresse lors des sorties. "Le vrai piéton malin, ce n'est pas celui qui fait le malin, mais celui qui ne met jamais sa vie en danger", mentionne le permis.

Pendant l'examenC'est toute la philosophie de cette formation qui vise à rendre les enfants autonomes dans leur jugement: "A pied, c'est moi qui conduis". Les enfants y apprennent les dangers de la route. "Rien de très compliqué. Ils comprennent qu'il leur faut marcher au milieu du trottoir, traverser quand le petit bonhomme est vert, ne pas surgir d'entre deux voitures...", détaille le brigadier. De quoi aussi rassurer les parents.

La correction par le brigadier et l'institutriceLa sensibilisation qui intervient à la demande de l'établissement scolaire, s'est déroulée en trois temps. Le brigadier de police a visité une première fois la classe et délivré le kit de formation. Ensuite, sur six semaines, c'est l'enseignante qui, à son rythme, assure la formation aux règles élémentaires de comportement. Et enfin vient le jour J de l'examen final supervisé par le policier.

le permis piétonCette sensibilisation des plus jeunes est assurée par la gendarmerie et, c'est une particularité de notre département, par la police nationale. "C'est une opération qui s'est mise en place en 2006: au niveau national, 2 millions de jeunes ont déjà obtenu leur permis au 1er janvier 2010", chiffre le capitaine Richard. "C'est une préparation des élèves à l'APER, l'Attestation de première éducation à la route, délivrée en CM2."

Ce permis n'est évidemment pas un diplôme, mais il n'en vient pas moins valider des connaissances, des précautions élémentaires qui peuvent sauver une vie.

Moment officiel des résultats de l'examen