Actualités

Malemort vient aussi d’ouvrir son aire d’accueil

  • Publié le 02/07/2010 à 14:50
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Aire d'accueil de La Rivière à Malemort

Après Brive, c'est au tour de Malemort se se mettre en conformité avec la loi et d'ouvrir son aire d'accueil pour les gens du voyage. Située en bout de la zone de la Rivière, elle propose 24 places articulées autour de 12 sanitaires. Les locataires peuvent y séjourner une durée maximale de trois mois. Elle a été inaugurée en tout début d'après-midi.



L'aire d'accueil: 24 emplacements articulés autour de 12 blocs sanitaires"Ça fait 30 ans qu'on se bagarrait pour que ces équipements existent et que les gens du voyage soient enfin accueillis dignement. On y est", se réjouit ouvertement Edouard Foucaud, président de l'association corrézienne pour l'insertion des gens du voyage qui n'a pas manqué cette inauguration sous un soleil de plomb. "C'était un dossier épineux et je voudrais souligner le courage politique et la vraie volonté qui ont animé les maires qui ont réalisé ces aires. Maintenant, il faut que Tulle et Ussel s'y mettent aussi car plus le schéma départemental sera réalisé, plus l'accueil sera facile à gérer."

L'inauguration de l'aire d'accueil. De gauche à droite: le  président de l'Agglo de Brive Philippe Nauche, le maire de Malemort  Jean-Jacques Pouyadoux, sa première adjoint Martine Audebert et le  sous-préfet Francis SoutricTrois mois après celle de Brive à Cana, s'est donc ouverte l'aire d'accueil de Malemort sur la zone de la Rivière. Même principe, même règlement de séjour et surtout même gestionnaire, en l'occurrence la société Vago, que pour l'aire de Brive et bientôt celle de Tulle, ce qui devrait faciliter d'autant l'accueil. Elle aura nécessité un investissement de 900.000 euros dont près de 450.000 euros à la charge de la commune, 300.000 euros pour l'Agglo de Brive et 182.000 euros pour l'Etat.

Après les vicissitudes qui ont ralenti la réalisation, le maire Jean-Jacques Pouyadoux ne cachait pas sa fierté lors de l'inauguration. "Mais au-delà des problèmes d'implantation, de financement, cette aire est aussi l'affirmation de notre municipalité de résoudre cet épineux problème de l'accueil des gens du voyage", a souligné l'élu. Les gens du voyage déjà installés sur l'aire d'accueil. Quatre  emplacements sont encore disponibles"Notre réponse est avant tout cette acceptation de l'autre, du droit à la différence et celle de la compréhension de ceux qui ont un autre mode de vie", citant même Zola: "Au cours des siècles, l'histoire des peuples n'est qu'une leçon de mutuelle tolérance".

Le président de l'Agglo Philippe Nauche s'est quant à lui positionné sur le terrain de la lutte contre l'exclusion, dénonçant "les inégalités qui sont particulièrement présentes dans le quotidien des gens du voyage. On relègue certaines catégories de population à la marge de la marge, dans des terrains vagues, des abords d'autoroute qui sont autant de ghettos. C'est inacceptable car on touche à l'intégrité de la personne." Prônant une société plus humaine, le président de l'Agglo a insisté sur cet engagement "pour que nous n'ayons pas honte des conditions d'installation que nous leur proposons, en terme de stationnement et en perspective d'avenir s'ils veulent se sédentariser."

Le sous-préfet, le prsident de l'Agglo de Brive et le maire de  MalemortLe sous-préfet a d'ailleurs rappelé que "le schéma départemental qui vient d'être remis sur le métier prend d'ailleurs une orientation plus axée sur ces terrains familiaux afin de sédentariser les populations qui le souhaitent". Francis Soutric s'est aussi félicité d'avoir vu ce dossier aboutir: "En deux ans, l'Agglo de Brive s'est dotée des moyens d'accueil conforme à la loi", en précisant comme le préfet avant lui, lors de l'inauguration des terrains familiaux de Brive, que désormais l'Etat pourrait faire appliquer les mesures et lutter contre les stationnements "sauvages".

Sur le même sujet, vous pouvez lire: