Actualités

Quand les Corréziens ont découvert les vacances

  • Publié le 19/07/2010 à 08:01
  • Par Jennifer BRESSAN
Les Corréziens en vacances aux archives

Dans le cadre de ses activités culturelles, les archives municipales proposent une exposition bien d'actualité: "Les Corréziens en vacances". Une date clé: 1936 bien sûr et le Front populaire. Avec la semaine de 40 heures et les congés payés, c'est la vie des Français qui se trouve bouleversée. Cette exposition, réalisée par les archives départementales de la Corrèze, est à découvrir jusqu'au 31 août aux archives municipales 15, rue du docteur Masssénat. Entrée libre et gratuite.

A travers plusieurs panneaux illustrés par des photographies, des articles de la presse de l'époque et des documents d'archives, cette exposition retrace sur un demi siècle l'évolution du rapport des Corréziens aux vacances depuis les années 1930.



C'est en 1936 que, grâce au Front populaire, débutent les vacances de masse. Les Français doivent alors se familiariser avec la semaine de 40 heures et les congés payés. Une relation qui ne s'est pas imposée d'elle-même surtout dans les zones rurales dont notre département faisait partie. Au-delà du clivage droite-gauche, c'était toute une mentalité à faire changer. Et le fait que le ministère des sports et des loisirs, avec à sa tête Léo Lagrange, ait été surnommé "le ministère de la paresse" par une certaine France, n'a pas aidé les ceux-ci à assumer et profiter de leurs congés. Une certaine part de honte reste prégnante. C'est pourquoi nombreux furent ceux qui mirent à profit ce temps libéré pour aller aider leurs parents aux champs.



Le gouvernement et les municipalités développent avant tout l'encadrement des loisirs des jeunes. L'ODCV (Œuvre départementale des centres de vacances), créée dans l'immédiat après-guerre, organise de nombreux séjours. A Brive, la Caisse des écoles, créée en 1935, est particulièrement active pour les colonies de vacances. Les parents qui n'ont pas les moyens de faire partir toute la famille, profitent de ces colonies pour offrir des vacances à leurs enfants. Ainsi, dès l'année de sa création, la Caisse des écoles organise, en collaboration avec Saint-Junien, un premier séjour à l'Ile d'Oléron,

Progressivement, des infrastructures sont créées. Les mentalités changent et la revendication du temps pour soi se légitime. Cette période correspond aussi à la multiplication des ventes des cartes postales et au développement de la photographie. Par la suite, ce minimum obligatoire n'a cessé de s'allonger par l'action législative: de 2 semaines en 1936, ils passent à 3 en 1956, puis à 4 en 1969 et enfin à 5 semaines en 1982.

Une exposition ludique qui mêle la grande et la petite histoire. Utile pour profiter de ses vacances en toute connaissance de cause. A découvrir jusqu'au 31 août aux archives municipales de Brive. Infos: 05.55.18.18.50.