Actualités

La FSU appelle à la mobilisation

  • Publié le 03/09/2010 à 16:40
  • Par Jennifer BRESSAN

Manifestation FSULa FSU s'engage dans une grande campagne au slogan évocateur : "le service public, on l'aime, on le défend". Plusieurs journées de mobilisation sont ainsi programmées et elles commencent dès demain avec un appel contre la xénophobie à 10h30 à Brive devant la sous-préfecture. Elles se poursuivent lundi 6 devant la préfecture de Limoges à 11h30 contre les réformes de l'Education nationale et surtout mardi 7 avec l'appel interprofessionnel contre les réformes de la retraite. "Notre campagne durera le temps qu'il faudra", avance Jean-Louis Puydebois, secrétaire départemental de FSU 19, à l'occasion de la conférence de presse de la fédération cet après-midi.





La fédération syndicale unitaire a tenu une conférence de presse pour présenter son constat un jour après la rentrée et juste avant trois journées de mobilisation. Son mot d'ordre est clair: "Il faut réduire les inégalités et œuvrer pour la réussite de tous les jeunes. Or, pour avoir une rentrée tranquille, il aurait fallu avoir 20 postes d'enseignants supplémentaires en Corrèze. Ça va pas aller en s'arrangeant et le risque est finalement de créer une école à deux vitesses", a déclaré Jean-Louis Puydebois, secrétaire départemental de FSU 19.

Chacun des représentants présents a déploré "la suppression de postes d'enseignants, l'augmentation de leur précarité provoquée par des réformes prises tardivement, dans la précipitation et sans concertation". "Des problèmes particuliers se posent aussi dans les différents secteurs de l'enseignement. Par exemple, en LEP il y a des suraffectations qui alourdissent les classes. C'est une double peine pour nous et les élèves, car on est obligé de regrouper les classes, donc de les alourdir. Des élèves qui proviennent de différentes sections se retrouvent ainsi rassemblés de façon incohérente. Ce n'est pas un problème nouveau mais il empire", analyse Béatrice Gauthier, secrétaire académique de la SNUEP (Syndicat national unitaire de l'enseignement professionnel). 

Conference FSU



Les lycées agricoles, représentés par Yves Callin, secrétaire académique du SNETAP (Syndicat national de l'enseignement technique agricole public) sont désormais privés à 60%. "Depuis deux ans, on demande à être intégré au ministère de l'Education nationale pour ne plus être marginalisé et pour être protégé, notamment pour notre financement. Mais le risque que l'on soit privatisé et que l'on disparaisse est grand."

Enfin, pour Jean-Pierre Durth, le secrétaire académique du SNEP (Syndicat national de l'éducation physique et sportive), le dispositif test mis en place à cette rentrée sur 100 établissements du pays et libérant l'après-midi des élèves pour la pratique d'activités sportives, revient à "transformer la discipline en animation". "Ce sont des animateurs qui interviendront en plus des enseignants. C'est le moyen qu'ils ont trouvé pour faire sortir l'éducation sportive de l'école", avance-t-il. Ainsi, la FSU appelle à la mobilisation pour lutter contre les réformes touchant l'enseignement. Rendez-vous est donné lundi à 11h30 devant la préfecture de Limoges. 

Demain, devant la sous-préfecture de Brive, à 10h30, la FSU organise également un rassemblement "contre la xénophobie et les discours ultra sécuritaires du gouvernement. Ces reconduites à la frontière, surtout lorsqu'il y a des enfants, sont tout simplement inacceptables", avance Jean-Louis Puydebois. 

Les organisations syndicales, dont la FSU, appellent enfin les salariés et les retraités à une mobilisation massive mardi 7 septembre contre la réforme des retraites telle qu'elle a été faite par le gouvernement. L'allongement de la durée de cotisation est principalement visée et considérée comme "injuste et brutale". Rendez-vous est donc donné mardi 7 septembre à 10h à Brive, devant la sous-préfecture et à 15h à Tulle et Ussel.