Actualités

Treize arches: grande saison et petites phrases

  • Publié le 09/09/2010 à 08:47
  • Par Marie Christine MALSOUTE
13 Arches, une nouvelle saison"La programmation, c'est comme la cuisine, vous pouvez appliquer une recette et rater le plat. Alors chaque année, il faut repartir comme si c'était la première", a mesuré le directeur des Treize arches Jean-Paul Dumas lors de la présentation de la nouvelle saison culturelle. "C'est assez jouissif de programmer dans la même semaine Racine et Rocé. On peut être sensible aux deux et le nouveau théâtre est fait pour toutes ces paroles", s'amuse à son tour Colette Froidefont, chargée de la programmation. Des petites phrases, relevées lors de la conférence de presse de présentation, qui en disent long sur l'esprit de cette nouvelle saison. Découvrez tous les spectacles en cliquant ici.



Le directeur des Treize arches ne l'oublie pas: "Rien n'est jamais acquis", même si "de nouvelles méthodes de travail ont été mises en place, il reste encore à faire". Alors cette nouvelle saison s'annonce encore un poil plus "éclectique" et "électrique" que la première.

francis halle les arbres peuvent etre immortelsCommençons déjà par le Garage. Après avoir initié l'an dernier des Jeudis à thème, toujours sur le bois, une seconde nature, voilà qu'il ouvre pendant le 1er week-end d'octobre, les états généraux de la forêt! Qui plus est avec d'éminents scientifiques, de ceux qui vont sur le terrain, avec en tête de file Francis Hallé qui a bouleversé la botanique moderne, rien que ça! Ethnologue, ethnoécologue, géographe, biologiste, paléoécologue... et même des primatologues habitués des grands singes. Bref, des spécialistes très pointus en "istes" ou en "ogues" qui viendront parler de leur passion et de ses enjeux. Trois jours sous le thème "Forêts pour mémoire". "Mais ce ne sera pas un requiem", assure Marie-Paule Baussan, chargée de la programmation.

Un défilé très "branché"



"Le but du Garage est de faire de la dissémination scientifique, de montrer que la science est proche de nous, qu'elle peut être drôle, une vraie émotion, une vraie aventure", poursuit la conseillère culturelle.

conf de presse 13arches pano2

Le Garage ne manque d'ailleurs pas d'humour puisqu'il prévoit aussi le 12 décembre une soirée intitulée "Ça sent le sapin!" L'établissement a également planter les germes d'un défilé de mode très branché pourrait-on dire, et qui pourrait avoir comme intitulé "Natur'elles" ou "Natur'eux", s'il y a aussi des messieurs.

"Il s'agit de travailler sur une collection printemps-été en utilisant des fibres naturelles, de la cellulose, des nouvelles matières..." Surtout, le projet piloté par le Garage repose en grande partie sur des élèves, du lycée Danton en couture, des écoles de coiffure et d'esthétisme, avec aussi la participation des centres socioculturels, de l'association de réinsertion Vet'aim... "Tout le monde va pouvoir bien délirer", pétille Marie-Paule Baussan, "même le maquillage devra être naturel ou évoquant le végétal..."

Savoir prendre des risques



Bivouac Corée 2008 photos © Fraide Raynaud (6)Côté spectacles, souffle un même vent d'aventure. "C'est important que nous sachions prendre des risques", avance Colette Froidefont, chargée de la programmation de la saison. Il y aura donc ce qu'elle qualifie de "spectacles événements", soit par le nombre d'interprète, par la renommée des artistes, des créations de l'année ou récentes. Place aux arts de la rue, à la culture urbaine et même industrielle avec le très métallique Bivouac de Générik vapeur (en ouverture le 25 septembre) ou encore Metalochestre (le 13 novembre) associant Métalovoice et l'harmonie Sainte-Cécile.

Bregovic Slicke BabicLe compositeur Goran Bregovic et l'orchestre des mariages et des enterrements, Jean-Claude Dreyfus, du cirque, du Racine, le très montant groupe québécois MV (Misteur Valaire), des concerts programmés en associant la pratique amateur sur des scènes locales, Dromesko. Photo Christian Berthelot/Fanny GoninRichard Galliano sextet, du cirque et des spectacles à voir en famille, le rappeur Rocé, le duo Ballaké Sissoko et Vincent Segal entrelaçant kora et violoncelle... Certains "spectacles inclassables" qui s'appuient sur des "expériences intimes", mariant les techniques, comme Arrêtez le monde je voudrais descendre avec les Dromesko and co, ou encore cet onirique PPP où Philippe Ménard devenu "elle" et nous parle de sa métamorphose en jouant sur une scène toute de glace...

Des "expériences uniques" qui pour la conseillère culturelle "sollicitent la curiosité des gens" mais aussi des artistes qui chercheront à prolonger le dialogue au-delà de leur représentation, des ponts jetés vers le cinéma... Bref, d'autres visions artistiques, apportant "un regard poétique".

L'ouverture du théâtre et des tarifs découverte



PPP. Photo Jean-Luc BeaujaultEt surtout, surtout, l'ouverture du nouveau théâtre, en mars 2011 qui insufflera un appel d'air, en offrant une jauge pouvant accueillir des spectacles plus importants, comme celui d'ouverture, Les Estivants, une puissante mise en scène du théâtre russe, "un choix signifiant", pour Colette Froidefont. A cette occasion, les Treize arches proposent des tarifs découverte, encore plus abordables, pour les spectacles de mars et avril: un plein tarif à 10 euros au lieu de 18! Une saison qui ouvre encore plus les portes sur l'imaginaire, des émotions à partager.

Vous pouvez lire aussi sur le même sujet:

les_estivants_4243_BrigitteEnguerand-1