Actualités

Le Conseil des sages se consacre aux intérêts de la cité

  • Publié le 20/09/2010 à 13:04
  • Par Jennifer BRESSAN

Séance plénière du Conseil des sages samedi dans la salle d'honneur de la maire en présence (de gauche à droite de Jean-Claude Farges, René Mouly, le président, Philippe Nauche, maire de Brive, Patricia Bordas, 1er adjoint et Catherine Gabriel



Samedi matin s'est déroulée la séance plénière du Conseil des sages présidée par le maire Philippe Nauche, en présence du premier adjoint Patricia Bordas, de Catherine Gabriel et Jean-Claude Farges, les élus référents et de René Mouly le président de cette instance de réflexions et de propositions. Cette séance a été l'occasion de dresser un bilan annuel de leurs travaux et de présenter leurs axes de travail à venir. "Tous vos débats servent à alimenter la réflexion et nous essayons de reprendre vos idées pour les faire évoluer en projets", a relaté le député-maire, en remerciant les conseillers "pour ce temps gratuit qu'ils offraient à la collectivité pour l'intérêt général."

Le Conseil des sages regroupe actuellement 62 membres qui se répartissent à l'intérieur de 6 commissions. L'action sociale, l'économie, la politique de la Ville, la santé et la vie associative sont quelques uns des thèmes sur lesquels les conseillers réfléchissent et qui, par leur diversité, couvrent la majeure partie des champs d'action d'une municipalité. En voici un résumé.

Epicerie sociale



conseil des sages Peytavit"L'ouverture d'une épicerie sociale dans la ville constitue une action prioritaire", a déclaré Jean-Michel Peytavit, le rapporteur de la commission sur l'action sociale. Ces structures apportent une aide, principalement alimentaire, à un public en difficulté économique, fragilisé ou exclu. Dans des espaces aménagés en libre-service, elles mettent à disposition de leurs usagers des produits variés et de qualité, moyennant une faible participation financière. "Elle devra notamment accompagner les bénéficiaires, sur un temps limité, à réaliser un projet de vie et faciliter le retour à un équilibre par une gestion rigoureuse de leur budget". Le maire Philippe Nauche a précisé que sa création se ferait en deux temps. "Dès novembre, l'épicerie proprement dite ouvrira ses portes boulevard Amiral Grivel. Elle accueillera notamment une nouvelle catégorie de personnes en difficulté: les travailleurs pauvres", a précisé le maire. Dans un second temps, l'épicerie sociale proposera des ateliers de cuisine, pilotés par des associations, une façon de lutter contre l'isolement.

Aires d'accueil



Une autre réflexion non moins importante de cette commission concerne l'accueil des gens du voyage. Le Conseil a noté que l'ouverture des aires d'accueil de Cana, des terrains familiaux et de l'aire de grand passage allait dans le bon sens. "L'aire de grand passage a déjà accueilli beaucoup de monde. L'aire de Cana est aussi très bien fréquentée et dans les deux sens du terme. Il n'y a pas eu de dégradations cet été. Ces ouvertures ont détendu l'atmosphère. C'est la première fois depuis 1992 que la Ville est en conformité avec la loi. Quand on respecte soi-même la loi, il est plus facile de la faire respecter", a déclaré le maire.

La caserne Brune en devenir


caserne bruneA la commission sur la politique de la Ville, Jacques Maucoronel a confié que le devenir de la caserne Brune faisait l'objet d'un véritable clivage. "Finalement la majorité suggère un panachage d'activités avec l'installation d'un pôle universitaire d'excellence basé sur la recherche notamment". "Toutes les suggestions ne vont pas pouvoir rentrer", a lancé le maire. "Cet espace constitue une chance pour Brive. Le seul petit problème est qu'il est un peu excentré. Pour la filière universitaire, l'université a déjà choisi d'investir sur le campus. Il y aura par contre un pôle culturel autour du centre municipal d'arts plastiques et du Conservatoire et peut-être du centre culturel. De plus, je pense qu'il manque à Brive un centre de Congrès. Il pourrait peut-être trouver sa place dans le futur réaménagement de la caserne. Ce centre servirait alors aussi de salle de concert pour accueillir des orchestres symphoniques".

Pôle de prévention, accessibilité et pedibus



Le Conseil des sages La commission santé-prévision-hygiène, quant à elle, mène notamment des réflexions sur l'organisation d'un pôle de prévention à Brive et l'accessibilité des équipements publics de la voirie aux personnes à mobilité réduite. Leur prochaine piste de réflexion tournera autour de la possibilité de créer une unité mobile pour les soins dentaires au service des personnes âgées en institutions, ne pouvant pas se déplacer. La réflexion sur le fonctionnement d'un système "pédibus" s'inscrit elle dans la commission culture-éducation-tourisme. Il s'agit d'accompagner des enfants, à pied, à l'école et sous la conduite de parents bénévoles. Ce système a l'avantage d'allier l'aspect éducatif et social. Il pourrait permettre de renforcer des liens entre le parent et l'enfant. Un système intéressant mais dont la difficulté réside dans sa régularité: "Si ça marche un jour, il faut que ça marche tous les jours", a précisé le maire.

Attractivité de la ville et vie associative


conseil des sages Jean-Louis VerlhacLa commission économie, prospective et intercommunalité qui réfléchit notamment sur la dynamisation du centre ville, sa notoriété et son attractivité planchera sur "Brive, ville gourmande, ville universitaire, culturelle, écologique et sportive ?" Enfin, la commission sur la vie associative et sportive souhaite étendre sa réflexion aux domaines de la culture, de la solidarité afin de mieux appréhender leurs difficultés "car ces associations ne bénéficient pas des mêmes structures que celles à caractère sportif qui peuvent s'appuyer sur des fédérations", a expliqué Jean-Louis Verlhac, son rapporteur. "Brive possède une vie associative très développée. C'est pour cela que nous avons créé un service qui lui est dédié de façon à ce que les interlocuteurs aient une véritable porte d'entrée pour poser leurs questions. Il est important d'être à l'écoute de leurs besoins. Par contre, nous rencontrons souvent des personnes qui nous font part de leurs difficultés de trouver un lieu pour déposer leurs affaires et se réunir. Il serait donc peut-être intéressant de réfléchir précisément au besoin réel de mètres carrés dont les associations ont besoin à l'échelle de la ville", a ajouté Philippe Nauche.

"Tous les documents qui sortent du Conseil des sages sont intéressants. Même quand je ne suis pas d'accord, peut-être même surtout lorsque je ne le suis pas, nous y trouvons matière à réflexion. C'est très positif", a conclu le maire Philippe Nauche à l'issue de la séance.

conseil des sages pano2


conseil des sages Isabelle Blondel


conseil des sages Jacques Maucoronel


conseil des sages Marie-Claude Rodas-Latronche



Le Conseil des sages