Actualités

La CGT s’invite aux 12e rencontres d’affaires de la Mécanic-Vallée

  • Publié le 30/09/2010 à 16:56
  • Par Jean René LAVERGNE
Devant les 3 Provinces la CGT attend d'être reçue

La grand messe annuelle des rencontres d'affaires de la Mécanic-Vallée s'est tenue à Brive aujourd'hui et pure coïncidence à quelques kilomètres de là, à Malemort-sur-Corrèze, les responsables CGT des entreprises de la Mécanic-Vallée se réunissaient en assemblée générale. En milieu d'après-midi, les salariés dont de nombreux "Deshors" se sont invités aux travaux des donneurs d'ordres dans un climat tendu. Sous la pression, les responsables patronaux de la Mécanic-Vallée ont accordé une audience à une délégation conduite par Alain Hébert, animateur du collectif CGT.Alain HebertL'entrevue entre les représentants des donneurs d'ordre de la Mécanic-Vallée ne sera pas prolongée plus d"une demi-heure. Trente minutes chrono et à la sortie pas grand chose de concret pour les métallos venus de l'Aveyron, du Lot et de la Corréze, acteurs de cette Mécanic-Vallée. Ce secteur industriel concerne 15.000 salariés répartis au sein de 260 entreprises. Cette réunion avec le patronat arrachée aux forceps aura permis à l'évidence aux salariés de présenter leurs principales revendications du moment telles le développement industriel, l'emploi, une revalorisation salariale ou bien encore une proposition de convention collective. Sur ces dossiers, le patronat aurait entrouvert une porte selon le responsable du collectif CGT Alain Hébert. "Les patrons nous ont dit que nous ne sommes pas mandatés pour discuter. Moi je retiens pour l'instant que rien est fermé. Avec la CGT, nous allons faire monter la pression pour faire avancer nos justes revendications. Ce qu'on veut, c'est négocier et rien d'autre , pour l'instant il n'y a qu'une seule feuille de route qui compte c''est la nôtre." Un discours ferme qui a eu le mérite de faire baisser la tension parmi les salariés qui ont été à deux doigts de faire une entrée en force dans cette salle des Trois provinces où les principaux donneurs d'ordres de Mécanic-Vallée parlaient business.

La découpe du ruban par le Préfet Alain ZabulonCes 12e rencontres d'affaires de la Mécanic-Vallée se sont poursuivies malgré la visite du collectif CGT qui n'était visiblement pas prévu au  programme. Les donneurs d'ordres et les sous-traitants se sont rencontrés, ils ont pris des contacts dans un contexte économique un peu moins morose que les années précédentes. "Nous constatons depuis quelques mois des signes de reprise, dans l'aéronautique, l'automobile et la machine outils, mais tout est encore fragile", a dit Michel Ferey, le président de la Mécanic-Vallée.

Pour sa part, Philippe Nauche, député-maire, s'est félicité de la tenue à Brive de cette journée, mais il a tiré la sonnette d'alarme sur la désindustrialisation qui frappe le bassin de Brive et plus généralement la Corrèze. "En 10 ans, la filière mécanique a perdu 1.000 emplois dans le département soit un quart de ses effectifs, aujourd'hui plusieurs entreprises brivistes de ce secteur, je pense à Deshors, Mecalin, Mecamat connaissent des  difficultés. Je m'inquiète pour l'avenir de notre tissu industriel, des stratégies de délocalisation même parfois quand l'Etat est un des principaux actionnaires, dans les pays à bas coût de main d'œuvre. Nous avons récemment connu le cas à Brive. C'est une politique industrielle bien frileuse et tout état de cause pas à la hauteur des enjeux."