Actualités

« C’est une nouvelle vie qui commence pour nous! »

  • Publié le 03/03/2011 à 16:35
  • Par Olivier SOULIÉ
Cheary a fait ses premiers pas dans son nouvel appartement. Sur la gauche, son mari Chanty et leur fils. A droite, l'employé de l'OPH et un voisin.

L'image est plaisante: face à l'un des 7 bâtiments neufs du quartier de Tujac, des gens partagent un café et des petites viennoiseries. Il s'agit de représentants du centre socioculturel Jacques Cartier venus offrir un café aux locataires de l'Office public de l'habitat (OPH) juste avant que ceux-ci n'aménagent dans leurs nouveaux appartements.

Autour du café, des nouveaux locatairesMoins de deux ans après les premiers terrassements, les 66 logements collectifs de Tujac accueillent ces jours ci leurs premiers locataires. Débutés mardi, les aménagements dans les appartements allant du T2 au T4 concernent environ 200 personnes. Ce soir, tous les états des lieux et les remises de clés auront été réalisés.

Autour du café, le lien se crée. "On organise ce petit déjeuner en partenariat avec l'OPH afin de présenter le centre Jacques Cartier, et aussi parce qu'échanger est important." Emilie Drunet, référente secteur familles et animation de la vie locale au centre socioculturel, affiche un large sourire lorsque les locataires arrivent. Eux aussi arrivent avec la banane. C'est le cas de Cheary, nouvelle arrivante à Tujac après 30 ans passés à Gaubre.

Cheary dans son nouvel appartement

"Je commence à être âgée, mon mari aussi. J'ai des problèmes pour monter les escaliers et, à Gaubre, j'habitais au 3e étage. Je suis si contente de pouvoir louer cet appartement neuf en rez-de-chaussée, vous ne pouvez pas savoir!"

Le sourire de Cheary illumine les murs blancs du T3 à peine la porte franchie. Son fils est là aussi. Il observe ses parents faire le tour de leur nouveau lieu de vie. Dans les prochains jours, il les aidera à aménager. Pour l'heure, il s'agit de faire l'état des lieux avec un employé de l'OPH, très à l'écoute et pédagogue lorsqu'il s'agit d'expliquer le fonctionnement de la chaudière, du thermostat d'ambiance, des diverses prises (télé, internet, etc.) ou du visiophone qui permettra aux habitants de voir qui sonne chez eux.

"Je voulais rester vers Gaubre et Tujac car, ici, on a tout ce qu'il faut niveau commerces. On est bien. Et puis je suis habituée, ça fait 30 ans que j'habitais à Gaubre", explique Cheary avant de retrouver l'espace café à l'extérieur. "Ça y est, c'est à nous!" lance-t-elle, émue et tout sourire, à l'assistance amusée. "C'est vraiment une nouvelle vie qui commence pour nous!"

Etat des lieux En trois jours, les changements de vie se seront enchaînés dans le quartier. Les 66 appartements, répartis dans 6 bâtiments de 2 étages avec 9 logements et un bâtiment de 3 étages avec 12 logements, n'ont pas eu de mal à trouver preneur. Beaucoup d'anciens locataires de Gaubre et Tujac et, parfois, des personnes venues d'autres quartiers.

Le concept de bâtiments à taille humaine, bien loin des grandes barres des années 70, a su séduire. Même les poubelles, colorées, plaisent aux habitants! Elles sont au nombre de quatre et sont estampillées verre, ordures ménagères, journaux - magazines et emballages. "On s'y habituera facilement", affirme Habib, qui a déjà fait son état des lieux hier mais n'a pas hésité à venir partager le café avec les nouveaux arrivants.

L'esthétique du site, sans voiture, sera encore valorisée dans les prochains mois avec l'apparition d'aménagements paysagers et la possibilité pour les locataires en rez-de-chaussée de profiter de jardins privatifs une fois ceux-ci clôturés.

Prochainement seront livrées 44 maisons, en cours de construction sur le site. 11 seront en accession à la propriété.

Etat des lieux

Les nouveaux bâtiments n'ont rien à voir avec les grandes barres des années 70