Actualités

Rugby : le CABCL cartonne Bourgoin (50-6)

  • Publié le 26/03/2011 à 17:40
  • Par Jean René LAVERGNE
Six essais, le bonus, 50 points. Le CABCL a fait un pas de plus vers le maintien en dominant largement Bourgoin. Un résultat d'autant plus intéressant  qu'au même moment la Rochelle s'inclinait face à Perpignan. Dans cette course au maintien les Brivistes ne sont plus condamnés ce soir à l'échafaud. Ce sont les Rochelais qui glissent à la 13e place, celle du premier condamné. Autant dire que le match de la semaine prochaine Brive-la Rochelle va valoir son pesant de pépites." On va savourer tranquillement cette victoire et dès demain on va penser à la réception de la Rochelle", assure Alexis Palisson qui a marqué le sixième essai de l'après-midi. Les Brivistes sont apparus un peu empruntés en début de match, puis peu à peu, ils ont pris la mesure de cet adversaire trop tendre et un peu naïf. "Dès que l'on a mis la main sur le ballon, on  a vu qu'on pouvait les prendre de vitesse", explique encore Alexis Palisson. Le CABCL s'est promené, imposant le tempo du match. Malgré cette victoire fleuve qui a permis d' atteindre la barre psychologique des 50 points, celle qui marque les esprits, le vestiaire briviste est resté bien sage. " On a fait le boulot. C'était quand même la moindre des choses", glisse Guillaume Namy, auteur d'un bel essai après une longue et douloureuse traversée du désert due à des pépins de santé à répétition. " Je suis heureux d'avoir marqué. Je ne savais plus quelles sensations on pouvait ressentir, ça faisait si longtemps que je n'avais pas marqué, mais nous devons aussi d'ores et déjà penser à la Rochelle".

Les Brivistes ont fait ce qu'il fallait pour assurer l'essentiel et se donner un peu d'air en cette première journée de douceur printanière. Maintenant, l'opposition proposée n'était pas en acier trempé, il faut donc raison gardée, mais les Brivistes ont les coudées franches. Ils ont leur destin entre leurs mains. Ils savent ce qu'il faut faire et surtout ne pas faire pour rester parmi l'élite. Mais les places sont de plus en plus chères.