Actualités

Rugby : Brive-la Rochelle, ça va être la guerre

  • Publié le 31/03/2011 à 15:59
  • Par Jean René LAVERGNE
Match capital, ambiance phase finale, match de la peur, match de l'année... Les qualificatifs autour de ce match Brive-La Rochelle résument au mieux l'importance de cette opposition entre deux concurrents directs au maintien. Certes les Brivistes ont quatre points d'avance sur leurs prochains adversaires, mais il s'agit d'un capital fragile qui peut être anéanti en 80 minutes chrono. Coup d'envoi samedi 2 avril 14h30.En mai dernier la pelouse Amédée Domenech s'était transformée en un théâtre de rêves pour les Rochelais. Ils avaient acquis le droit de jouer en Top 14 en dominant le LOU 32-26. Moins d'un an après, ces mêmes Rochelais reviennent sur la terre de leurs exploits pour ne pas mourir. C'est fou comme le vent tourne, et morale de l'histoire, le bonheur est d'une nature fugitive.

Samedi après-midi, Brivistes et Rochelais vont se livrer à un duel sans aucune concession. "Ce sera la guerre c'est sûr, mais nous y sommes prêts", assure Thibaut Dubarry qui a du mal à dissimuler son envie d'en découdre. Un match à la vie à la mort avec malgré tout l'avantage du terrain pour le CABCL qui en cas de victoire mettrait son adversaire direct à 8 points. "Si on gagne, c'est l'occasion de leur en mettre un bon coup derrière la tête et de les assommer définitivement", ajoute le 2e ligne Thibault Dubarry.

Les Brivistes sont prêts au combat, mais ils pourraient être privés du vaillant Gerhard Vosloo. Le solide guerrier Sud-africain est blessé au geno. Bien qu'il ait été ménagé cette semaine, sa présence reste incertaine comme celle de Retief Uys touché aux cervicales face à Bourgoin. "La décision de les faire jouer sera prise vendredi", assure Ugo Mola le patron des entraîneurs. Avec ou sans Vosloo, les Corréziens devront être irréprochables au niveau de l'engagement et de la discipline. "Nous ne devons pas faire de faute, ne pas donner des ballons de pénalité à nos adversaires. C'est capital. Ce sera l'une des clefs du match. C'est à nous de mettre la performance au niveau de l'événement",  assène Ugo Mola. Ce match de muerte va se dérouler dans une ambiance de feu. Un millier de supporters Rochelais est attendu. La dernière fois qu'ils étaient venus à Brive, c'était pour assister à la montée des leurs en Top 14. Alors, ils étaient rentrés sur la Rochelle le cœur léger et le bagage mince. Samedi, rien ne dit que le scénario se reproduira d'autant que l'entraîneur briviste le répète à l'envi :"On va faire en sorte que le bonheur soit dans notre camp à l'issue de ce match".  Le ton est donné. On devrait donc retrouver une ambiance de phase finale, mais il ne s'agira pas de croiser le fer pour espérer une quelconque qualification, mais pour éviter de ne pas sombrer. Certes, ce n'est pas le même enjeu, mais au niveau de l'engagement et de la motivation, on sera bien dans cet esprit phase finale.