Actualités

Arthur et Manuel prêts à faire leur festival à Cannes

  • Publié le 15/04/2011 à 16:00
  • Par Olivier SOULIÉ
Manuel Darrault et Arthur Marteau

La Hammers compagny, c'est une bande de copains passionnés de cinéma avec des compétences artistiques diverses. En mai, deux de ses membres ont un rendez-vous plus important que jamais: le réalisateur Arthur Marteau et le producteur Manuel Darrault vont aller défendre leur court-métrage Atrocité au Short Film Corner qui se déroule à Cannes, pendant le plus célèbre des festivals.

Arthur MarteauMultiplier les contacts, densifier son réseau, préparer l'avenir, tels sont les objectifs du réalisateur Arthur Marteau et du producteur Manuel Darrault, deux Brivistes bien décidés à percer dans le 7e art. Pour ça, ils peuvent compter sur leurs compagnons de route de la Hammers compagny, une association d'artistes aux talents variés qu'ils ont créée il y a quelques mois, et sur une ambition assumée qui fait office de moteur puissant les poussant à avancer coûte que coûte.

Dès le premier court métrage tourné par le jeune Arthur Marteau, Survie, en 2008, l'envie de ne jamais faire les choses à moitié est apparue: "On a obtenu l'autorisation de bloquer une partie d'Argentat un week-end du 15 août. Autant dire que ça ne s'est pas très bien passé avec les commerçants", s'amuse le réalisateur. "On a tourné sur 4 jours avec plus de 100 figurants. C'est un excellent souvenir malgré les galères cumulées sur ce tournage difficile."

L'actualité pour Arthur, c'est la présentation de son dernier court, Atrocité, tourné en avril 2010 dans les bois malemortois, au Short Film Corner, qui se déroule à Cannes en partenariat avec le célèbre festival du cinéma. L'an passé, plus de 1.700 courts métrages venus de 86 pays ont été présentés au Short Film Corner. Les organisateurs souhaitent, en effet, pouvoir montrer un maximum de films et se contentent simplement de filtrer le contenu jugé "trop amateur".

Manuel Darrault"On va multiplier les rencontres pendant la durée du festival, du 11 au 21 mai. On a un dossier fourni, des projets plein la tête dont un long métrage pour lequel on a déjà des autorisations de tournage en Espagne, et on va tout faire pour profiter de ce marché du film où il y a beaucoup de producteurs ou de distributeurs."

Atrocité, c'est 6 minutes d'un scénario qui en ferait 26 s'il avait été tourné entièrement. "On a choisi de montrer 2 séquences très qualitatives de ce court métrage dans l'esprit série B horreur trash. C'est un genre assez rare de nos jours. Mais on ne fait pas de l'horreur pour se faire remarquer à tout prix, c'est avant tout qu'on aime ça!", expliquent les deux amis. "A bien y réfléchir, j'écris les films que j'ai envie de voir et que je ne trouve pas dans l'actuel production", conclut Arthur Marteau.

Portée par la talentueuse comédienne Alexane Magnet - une ex camarade de classe du réalisateur, auteur d'une "performance d'actrice exceptionnelle" selon lui - Atrocité, que nous avons pu visionner, bénéficie du sens aiguisé de l'image d'Arthur Marteau. Le jeune réalisateur a l'intelligence de ne pas se contenter de filmer l'anecdotique mais porte un regard très cinématographique sur les scènes et les personnages. Sa maturité surprend à chaque plan. Et la variété des angles ajoute à la satisfaction du spectateur.

Après une première présentation au festival international du film d'horreur de Sainte-Maxime, Atrocité sera donc projeté à Cannes dans quelques semaines. On attend avec impatience une projection à Brive!

Arthur Marteau