Actualités

Attractivité, solidarité et proximité inscrits au budget

  • Publié le 27/04/2011 à 17:55
  • Par Olivier SOULIÉ
Le conseil municipal votait hier soir le budget primitif 2011 "élaboré dans un contexte sans précédent marqué par la crise et des réformes à contre courant qui affaiblissent les collectivités locales dans leur action", a expliqué l'adjoint aux finances Frédéric Filippi. Néanmoins, le budget 2011 ne prévoit aucune augmentation des taux communaux des impôts locaux et affiche même un niveau d'investissement de plus de 31 millions d'euros (équivalent à 2010), dont 24,5 millions de dépenses d'équipement.

Le budget primitif, voté hier soir lors du conseil municipal, est logiquement dans la lignée de la délibération consacrée aux orientations budgétaires, votée le 28 mars dernier. Ce budget primitif de 114,55 millions d'euros, prévoit un niveau d'investissements de 31,6 millions, dont 24,5 de dépenses d'équipements, soit un niveau équivalent au précédent budget. "Avec la crise, les entreprises privées du bassin ont quelques difficultés", a expliqué le maire de Brive Philippe Nauche lors du conseil. "Maintenir l'investissement permet de soutenir le dynamisme économique en attendant, je l'espère, une sortie de crise dans les mois à venir qui nous permettra en outre de légèrement modérer notre niveau d'investissement dans le budget 2012."

"Dans ce contexte de crise et de réformes à contre courant qui affaiblissent les collectivités locales dans leur action, élaborer un budget équilibré fut extrêmement compliqué", a admis l'adjoint aux finances Frédéric Filippi. "Nous aurions pu choisir de réduire le rythme des investissements et d'augmenter les impôts locaux. Mais le parti a été pris de ne pas augmenter les taux communaux des impôts locaux (la taxe d'habitation va même baisser pour les plus modestes et les personnes handicapées) pour ne pas pas abaisser le pouvoir d'achat des particuliers déjà durement frappés par ailleurs; et de ne pas réduire le rythme des investissements car cela reviendrait à contrecarrer le développement de notre territoire et ce serait contre-productif pour l'activité de nos entreprises et les emplois du bassin".

La contrepartie de ce parti pris? "Un effort accru au niveau de la maîtrise de nos charges de fonctionnement en rationalisant les moyens et grâce à la mise en œuvre d'investissements générateurs d'économies de fonctionnement; un niveau d'épargne moins élevé que les années précédentes (7,55 millions) mais suffisamment significatif pour préserver la solvabilité financière de la collectivité".

Les dépenses d'investissement vont se concrétiser dans des actions liées à l'attractivité, la solidarité et la proximité. Sans être exhaustif, citons quelques actions réalisées, en cours ou à venir:

  • Attractivité: plan piscines, gymnase Lavoisier, nouvelle tribune et aménagements d'espaces sportifs au stadium municipal, lancement du campus universitaire et restructuration du restaurant universitaire, apparition de tableaux numériques interactifs dans les écoles, théâtre, salle de répétitions popur les musiques actuelles et la danse, aménagement de la caserne Brune, agenda 21, chaufferie bois des Chapélies, pôle multimodal, aménagements de l'entrée Ouest de Brive et de la rue Dalton, etc.

  • Solidarité: accessibilité de l'hôtel de Ville et de l'immeuble Caramigeas, épicerie sociale et solidaire, abattement spécial de la taxe d'habitation pour les personnes de conditions modestes et en faveur des personnes handicapées ou invalides, rénovation des Chapélies, réhabilitation du Bouygue, etc.

  • Proximité: conseils de quartiers, conseil municipal des jeunes élargi, office municipal des sports, restructuration du centre socioculturel Raoul Dautry, concerts sur le pouce, guichet unique d'information et d'inscription aux activités périscolaires, garde d'enfants à horaires atypiques, travaux de voirie dans les quartiers, etc.


Les opérations d'investissement se chiffrent, par secteur, à 5,4 millions pour les sports, 5 millions pour la voirie, les réseaux et les transports, 3 millions pour les bâtiments communaux, 2,9 millions pour la culture, 2,1 millions pour le social, 1,5 million pour la redynamisation du cœur de ville, 1,3 million pour l'enseignement, 790.000 euros pour le logement social, 665.000 euros pour les espaces verts et la propreté, 605.000 euros pour la logistique, 414.000 euros de dépenses diverses, 411.000 euros pour l'informatique et 250.000 euros pour les acquisitions foncières, 60.000 euros pour l'urbanisme.

L'intégralité du conseil municipal peut être visionné sur le site officiel de la Ville de Brive en cliquant ici.