Actualités

De tous les combats

  • Publié le 31/05/2011 à 13:14
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Frédéric Migot et Jamal Chaib à l'entraînement

Des handicapés qui font de la boxe, voilà qui bouscule les esprits. Ils sont deux au Boxing club briviste et vont participer au challenge national qui se déroulera à Bourges du 2 au 4 juin. Rencontre à la veille de leur première compétition.



Tous les deux mènent déjà un combat au quotidien pour surpasser leur handicap, mais l'un comme l'autre ne manquerait jamais un entraînement. "Ça me défoule", assure Jamal Chaib, 22 ans, toujours sourire. JamalIl a perdu très jeune la pleine motricité de son côté gauche. "Le combat, ça me motive et je vais tout faire pour gagner une médaille."

Voilà deux ans que cet employé aux espaces verts à Malemort s'adonne au noble art. "J'avais fait un peu de natation, mais ça ne me plaisait pas." La boxe, c'est un autre univers. Lorsqu'il en parle, Jamal s'anime, plaisante avec son entraîneur sur la musique de Rocky, et ne ménage pas ses efforts, ni ses touches. A peine arrivé, il s'échauffe, concentré, la rage au ventre. Petit footing, pas chassés, enchaînements dans le vide, assauts... Et ainsi trois fois par semaine. "Je cours aussi le samedi. Je me sens en forme, prêt pour la compétition. Et très impatient."

Frédéric Migot"J'avais envie de faire de la boxe depuis longtemps. Mon beau-frère en faisait déjà et il essayait de me motiver pour qu'on s'entraîne ensemble", explique Frédéric Migot, 28 ans. C'est le décès brutal de celui-ci, Ahmed Younsi, qui poussera cet équipier de vente à franchir le pas en début d'année. "C'est une sorte d'hommage que je lui rends. Mais c'est avant tout une passion."

Un accident de travail l'a privé à 17 ans de son avant-bras droit et il porte aujourd'hui une prothèse. Ce sport d'opposition, de contact l'apaise. Ne plus écouter son corps, aller au bout de soi... Lui aussi vient décompresser trois fois par semaine, sans prétention, avec l'humilité d'un débutant comme un autre. "Ça me sèche physiquement. Après, je me sens bien. Le but est exactement comme pour les personnes valides: toucher son adversaire sans se faire toucher." L'entraîneur Jean-Paul Crespy apprécie l'évolution: "Ils en veulent!", reconnaît-il. "C'est eux qui étaient demandeurs et c'est tout nouveau pour nous."

Jean Paul Crespy et JamalDans deux jours, les deux boxeurs vivront leur première compétition: le challenge Gilbert Lajoie, fondateur de l'handi-boxe. La manifestation qui en est à sa 3e édition se tient cette année à Bourges. Organisée par la FFB, elle réunit des licencié(e)s de toute la France, quel que soit leur handicap, moteur, mental et, pour la première fois, sensoriel. Ils seront cette année 65, en nette progression. Au programme, trois épreuves: une au sac, une à la leçon et une en assaut. Une discipline qui en est à ses débuts.


Frédéric à l'entrainement



Jamal à l'entrainement


Jamal à l'entrainement