Actualités

Jean Echenoz: « Etre écrivain m’a juste paru la seule chose à faire! »

  • Publié le 29/06/2011 à 13:06
  • Par Jennifer BRESSAN
Les Saisons du livre de Brive accueillent Jean Echenoz

"Je ne me suis jamais senti écrivain. Depuis tout jeune, cela m'a juste paru être la seule chose à faire", a confié hier soir l'écrivain de renom Jean Echenoz, invité des Saisons du livre de Brive à la médiathèque. "Jusqu'à 30 ans, j'écrivais n'importe quoi. Je me suis dit un jour qu'il était temps de passer à la réalité et d'écrire un roman!" Quelque part, entre le réel et la fiction, Jean Echenoz a ouvert le livre de sa littérature et offert à son large auditoire, deux heures généreuses et lumineuses.



Lunettes en mainLes Saisons du livre de Brive initiées et portées par Myriam Entraygues à la direction de la culture de la Ville ont su trouver leur public. En atteste hier le vaste auditoire réuni pour vivre le dernier rendez-vous littéraire avant la rentrée de septembre. Il faut dire que l'invité ne manquait pas de prestige. Jean Echenoz, Prix Medicis en 1983 pour Cherokee et Prix Goncourt en 1999 pour Je m'en vais est venu partager quelques uns de ses secrets à la faveur d'un rendez-vous détendu, parfois drôle, souvent étincelant, en tout cas toujours éclairant sur ses ouvrages, son style, ses choix.

Jean EchenozDes Eclairs, parus aux éditions de Minuit en septembre dernier clôt une série de trois vies romancées initiées avec Ravel, sur le compositeur du Boléro, et poursuivi par Courir sur l'athlète Emil Zatopek. "Ce ne sont pas des biographies. Je ne suis ni historien, ni biographe. Ce sont des récits de vie où je me donne des libertés." Et de revenir sur l'origine du projet : "Il y a 6 ou 7 ans, je voulais écrire un livre qui se passerait dans l'entre-deux-guerres. Au milieu de personnages fictifs, je voulais qu'on voit passer les silhouettes de personnes réelles et j'ai tout de suite pensé à Maurice Ravel. Il ne devait faire qu'une apparition mais tout scrupuleux que je suis, j'ai fait beaucoup de recherches. Finalement, je me suis rendu compte que ce personnage était plus intéressant que mon projet initial et il m'a volé le livre! Même si l'équilibre entre fidélité à la réalité et liberté de la fiction est difficile à trouver, j'ai pris goût à cette forme et j'ai cherché d'autres personnages."

Dédicace sur genouxNikola Tesla, héros de Des Eclairs, troisième volet de la trilogie est "un type puant mais touchant". Illustre inconnu, ce savant fou mais surdoué est pourtant à l'origine de 700 inventions dont la radio, les rayons X, l'air liquide, la télécommande, les robots, etc. Aussi célèbre aux USA où des groupes de rock et même des marques de voiture portent son nom qu'anonyme en France

Qu'est-ce qui fait la particularité du style Echenoz, musical dans Ravel, effréné dans Courir et magnétique pour Des Eclairs? "J'essaie d'être au plus près de ce que je raconte. On n'écrit pas sur un artiste comme on écrit sur un savant ou un sportif et c'est le personnage dont on parle qui devient finalement l'auteur du livre". Sur la part d'autobiographie dans ses écrits, Jean Echenoz sera resté évasif. Sur tout le reste, par contre, il s'est ouvert sans complexe, sans frein et avec une grande simplicité face à un auditoire suspendu à ses lèvres. Sur ses projets, Jean Echenoz révélera juste son envie d'autres horizons: "Aujourd'hui j'en ai assez de ces fausses biographies. Je veux retourner à la fiction." L'aventure continue aussi pour les Saisons du livre. Rendez-vous est d'ores et déjà pris pour la rentrée de septembre.

Jean Echenoz et Myriam  Entraygues

le public

Lecture

S'éventer

Les livres