Actualités

Déconstruire les stéréotypes dès le plus jeune âge

  • Publié le 01/07/2011 à 10:24
  • Par Jennifer BRESSAN
Egalité filles garçons : les écoliers exposent

L'égalité entre les filles et les garçons est une question essentielle à soulever dès le plus jeune âge car des études ont montré que les stéréotypes étaient déjà là. Et de la croyance à la discrimination, jusqu'à la violence, il peut parfois n'y avoir qu'un pas. Pour éviter d'en arriver là, trois classes d'écoliers de Brive et Tulle ont été engagées dans un projet citoyen et artistique qui a trouvé son aboutissement hier.



A Jules Vallès"On est tous pareil!", lance le plus naturellement du monde Yussuf, 11 ans. "Dans notre classe, par exemple, les filles jouent avec nous au foot, ça ne pose pas de problème." Pourtant, des études ont confirmé que dès la maternelle, les enfants sont déjà identifiés à leurs rôles sexués, savent quel est le comportement approprié à leur sexe et tendent à reproduire les schémas de relations souvent discriminatoires entre garçons et filles.

Pour lutter contre ce phénomène, un programme à destination des enfants des classes primaires a été réalisé à l'initiative de l'inspection académique de la Corrèze et la délégation départementale aux droits des femmes, soutenu et accompagné par la Politique de la Ville, les mairies de Tulle et Brive et la ligue de l'enseignement FAL de la Corrèze. Du côté de l'école Marie Curie, le travail des écoliers, exposés au centre socioculturel Jacques Cartier, portait sur le thème: "Je me regarde, tu me regardes". Chaque enfant a ainsi réalisé avec l'aide de l'artiste intervenante Maria Jalibert son autoportrait et le portrait de ses camarades. Une manière de se donner à voir autrement et d'accepter le regard de l'autre.

A Jules Vallès avec à gauche l'artiste intervenante Hélène Fraysse et l'enseignante Aline Le PoitevinA l'école Jules Vallès, les enfants qui ont travaillé sur les représentations des hommes et des femmes dans la littérature, ont ensuite, accompagnés par l'artiste Hélène Fraysse, illustré des expressions révélatrices de ces représentations. Ils ont par exemple repris des proverbes connus pour les détourner et les illustrer. "Souvent femme varie, bien folle qui s'y fie", devient "Souvent femme varie, elle égaye la vie". En amont, tout au long de l'année, un travail sur la thématique de l'inégalité a été mené dans différentes disciplines, laissant aux enfants le temps de se poser des questions et de dialoguer librement. Beaucoup de chemin a déjà été parcouru. L'emplacement sur lequel les élèves de Jules Vallès ont affiché leurs travaux et qui est le vestige du mur séparant l'école des filles de celle des garçons l'illustre. Mais du travail reste encore à faire.

A Jacques Cartier, en présence de Michel da Cunha, présent sous sa casquette de conseiller général"Ce projet mené conjointement à Brive et à Tulle montre notre ambition commune à travailler ensemble sur ce thème et à parler de l'inégalité", a précisé Nicole Chaumont, maire adjoint en charge des affaires scolaires à la Ville de Brive. Et son homologue tulliste, Dominique Grador, d'ajouter, en s'adressant aux enfants : "Soyez mieux que nos générations ne l'ont été!" Le défi est lancé, et il est de taille.

Les enfants de Marie Curie exposent à Jacques Cartier

Les enfants de Marie Curie à Jacques Cartier

le style Claire Bretecher

Maria jalibert, l'artiste intervenante à Marie Curie et et Lyne Simoni, l'enseignante

A Jules Vallès