Actualités

Ziveli réveille les cuivres et la richesse des cultures

  • Publié le 16/08/2011 à 09:38
  • Par Jennifer BRESSAN
Ziveli, en concert pour le 15 août

Un véritable choc des cultures que ce concert gratuit du 15 août auquel sont venues assister plusieurs centaines de personnes à l'espace des Trois provinces hier, durant plus d'une heure et demie. Sur scène, la fanfare d'inspirations balkaniques Ziveli qui signifie "à la vie", a mis le feu à ses cuivres, et la chanteuse aux accents lyriques et à l'univers poétique, Suzana Djordjevic, l'a attisé.

les cuivresIl est 21h30 à l'espace des Trois provinces et la fanfare Ziveli est entrée en scène depuis quelques minutes. Les spectateurs, sagement assis sur leurs sièges, ne le savent pas encore mais dans un peu plus d'une heure, nombreux seront ceux à rejoindre les abords de la scène pour danser aux rythmes enflammés d'une musique qui emprunte au répertoire des Balkans, enrichi d'airs tziganes et d'improvisations.

trompetiste nb 3Maïté et Bernard arrivent de la Dordogne spécialement pour l'occasion. "Nous aimons beaucoup ce style de musique qui mélange les airs occidentaux, orientaux et tsiganes. Eux ont été exceptionnels. Ils ont la foi, l'énergie. Ils m'ont vraiment fait vibrer", conclut Maïté, sexagénaire, qui est restée debout tout le concert, dansant et battant des mains. La raison probable de cet emballement: la dimension peu banale de cette formation. En 2006, un groupe de 9 musiciens français aux formations jazz et musiques traditionnelles, passionnés par la culture tzigane et les musiques de l'Est montent une fanfare. Ils ne vont pas tarder à rencontrer Suzana Djordjevic, issue du monde de l'opéra et de la musique classique. A priori, rien n'est censé les rassembler. C'est la Serbie, l'une y a son patrimoine familial, les autres veulent y puiser leur répertoire musical, qui va les réunir.

DanseSur la scène, cette combinaison improbable opère. Trompette, saxophone, tubas, caisse claire, hélicon, tapan, et quelquefois violon et guitare qui se mêlent à la fête, envoient des airs colorés, denses et joyeux: tout en gardant l'authenticité des Balkans, Ziveli livre une musique libre et personnelle sur laquelle la voix lyrique de Suzana se mêle et s'élève, sans se confondre. "Suivez-nous dans notre voyage dans les Balkans. Laissez-vous faire", invite la chanteuse.

23h. C'est l'heure des rappels. Tandis qu'une partie de la salle commence à rejoindre la sortie, les abords de la scène se remplissent et les spectateurs osent la danse. Ils peuvent alors sans doute mesurer à quel point la musique s'y prête. Tonalités mélancoliques et enflammées se sont ainsi succedées dans un tourbillon de culture, un joyeux tintamarre, aux rythmes enlevés et au tempo allant crescendo.