Actualités

4 KO et un OK = un court percutant

  • Publié le 04/10/2011 à 16:13
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Les élèves du collège Jean Lurçat brandissent fièrement le film qu'ils ont réalisé

4 KO et un OK: c'est le nom énigmatique du court métrage réalisé par douze élèves de 4e au collège Jean Lurçat dans le cadre de l'option maison "lecture de l'image". Scénariste, acteur, réalisateur, monteur... c'est simple, ils ont tout fait et même très sérieusement comme en témoigne le résultat. Mais aussi avec beaucoup de plaisir et leur film est plein d'humour. Leur sujet n'était pas forcément joyeux - la santé -, mais ils ont su le traiter avec beaucoup de malice. Les rires ont ainsi émaillé la première projection hier soir, en présence de leurs parents, bluffés. "On ne se pensait pas capable de ça", avoue Léo. Clap clap les jeunes!



La Montagne photographie les acteursKO? OK? On ne vous expliquera pas la subtilité. On ne vous racontera pas non plus le scénario. Sachez seulement que c'est à voir et si vous avez la chance de le visionner, vous sourirez beaucoup, vous rirez même, aux éclats, et vous serez surtout épaté par leur prestation, d'autant plus au regard de leur âge. A l'époque, l'an dernier, ils et elles étaient en classe de 4e et suivaient, à raison d'une heure par semaine, une option interne à l'établissement intitulée "lecture de l'image", toujours dans une démarche d'éducation à la citoyenneté. L'exercice n'est pas nouveau: c'est même le quatrième film qui sort de JL Prod (Jean Lurçat production).

Cette fois, le thème ciblait la santé. "On a été bien inspiré pour écrire l'histoire. Ça nous a plu", s'accordent Laure, Ségolène et Julie. "Ça nous a montré comment on faisait un film, pas comme on le voit à la télé ou au cinéma. En fait, on a tourné les scènes dans le désordre. C'est plus compliqué que l'idée qu'on en avait."  Les uns ont préféré le tournage, les autres le montage - "on a l'impression de choisir" -, mais tous se sont pris au jeu. Et à ce jeu là, ils n'ont plus compté leur temps. "On a souvent dépassé l'heure", reconnait Damien. "On est même revenu au collège le mercredi après-midi et pendant les vacances, c'était de l'amusement. On est content d'avoir réussi à tourner ce qu'on voulait."

 projection

"C'est vrai qu'on a terminé un peu à l'arrache", admet leur professeur de math Frédéric Brochard qui encadre cette option avec sa collègue de français, Nathalie Lavédrine. "C'est le fruit d'un travail long et quelquefois fastidieux, ça leur apprend la persévérance", tout en insistant: "ça reste un travail d'initiation et d'amateur". N'empêche! Les élèves ont légitimement de quoi être fiers. "On est même super fiers", renchérit Léo. "On ne pensait pas être capable de ça." Même son de cloche dans la petite bande au final de la projection: "Ça donne bien, c'est cool, ça nous rappelait des souvenirs", déclaraient-ils eux-même impressionnés. On riait les uns des autres. En plus on a changé depuis, on a grandit, on a d'autres coupes de cheveux..."

L'exercice porte encore ses fruits: "On a maintenant un autre regard sur les films, on voit les erreurs de cadrage, on sait le temps que ça prend, tout le travail..." Une portée pédagogique qui n'a pas échappé au principal Olivier Dejardin: "C'est bien de remettre les choses dans la réalité." Chacun est reparti avec son DVD, comportant, outre le film, les essais (pour le moins truculents), l'interview des élèves et des bonus. Zi and, comme dirait les élèves.

Des extraits du film seront bientôt mis en ligne sur le site du collège Jean Lurçat. Promis, on fera le lien et vous pourrez apprécier par vous-même.

compo pendant la projection