Actualités

Catherine Frot en tournage à la gare

  • Publié le 06/10/2011 à 15:00
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Impossible aujourd'hui d'accéder à la voix F et le train stationné restait à quai. Le réalisateur Christian Vincent y tournait des scènes de son prochain film Les saveurs du palais avec la comédienne Catherine Frot qui joue le rôle d'une cuisinière s'embarquant pour la capitale et l'Elysée...



"Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite", affirme la formule consacrée. N'empêche! Cette histoire n'est pas sans rappeler celle d'une certaine Danièle Delpeuch, cette jeune femme périgourdine recrutée par François Mitterrand qui souhaitait alors retrouver à l'Elysée la cuisine de sa grand-mère. La ressemblance s'arrêterait là, même si nous avons rencontré pendant l'été la comédienne Catherine Frot faisant incognito son marché à Brive en compagnie de l'ex-cuisinière du président...

A en croire les bribes du scénario qui ont été dévoilées, l'histoire ne se situerait pas dans les années 80. On pencherait donc pour un président fictif, interprété d'ailleurs par Claude Rich. Catherine Frot donne vie à Hortense Laborie, une chef cuisinier réputée qui vit dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la nomme responsable de ses repas personnels au Palais de l'Elysée. Malgré les jalousies des autres cuisiniers, Hortense s'impose avec son caractère bien trempé. L'authenticité de sa cuisine séduira rapidement le Président, mais dans les coulisses du pouvoir, les obstacles sont nombreux... Plongée dans les coulisses des cuisines du palais!

Une comédie s'il en est qui se déroule à Brive, Paris et en Islande. Le tournage en gare de Brive aurait presque pu passer inaperçu si ce n'est cette fermeture de la voie F, pourtant principale puisqu'elle accueille notamment le Toulouse-Paris. Si ce n'est aussi l'application avec laquelle l'équipe de réalisation veillait au grain, bloquant tout passage, empêchant même des malheureux voyageurs pris d'un besoin pressant de se rendre aux sanitaires afin de "laisser le champ libre à la caméra". Silence, on tourne! Demain, l'histoire devrait se poursuivre du côté de Chavagnac.