Actualités

Pouvoir, territoires, sacré. L’église au Moyen-Age.

  • Publié le 07/10/2011 à 09:56
  • Par Patrick MENEYROL
expoInstitution centrale, véritable pivot dans la société du Moyen Âge, élément structurant des pensées et des pouvoirs, l'Eglise joue un rôle majeur dans l'évolution du Bas-Limousin. Les archives municipales y consacrent une exposition riche d'enseignements.La ville de Brive est l'exemple type de l'influence de l'Eglise dans le développement humain, politique et économique d'une région.

Collégiale Saint MartinAu départ, nous ne sommes en présence que d'un simple lieu de culte paléochrétien autour d'un sanctuaire, celui de Saint Martin l'Espagnol. Un disciple de Saint Martin de Tours, martyrisé en 407, selon la légende, pour avoir tenté de détruire l'autel d'un culte païen.

Une petite communauté chrétienne se forma sur ce lieu pour prier le martyr. L'évêque de Limoges y fera donc construire un oratoire commémoratif qui se développera jusqu'à la décision de construire sur place (VIe siècle) une basilique. L'édifice, devenu collégiale, et le culte dédié à Saint Martin, attireront de plus en plus de monde, donnant naissance au fur et à mesure à un bourg puis à une véritable ville: Brive.

On voit ici l'importance de l'Eglise dans le développement des territoires. Car si le pouvoir de l'Eglise tient en premier lieu à son rayonnement spirituel, il est aussi associé à la possession de lieux et de terres. Au fil des siècles, évêques et abbés, ont pris le contrôle d'importants domaines. Des terres agricoles pour l'essentiel, des fermes, des droits d'usage, des prieurés, qui permettent d'avoir un véritable poids sur la vie économique et donc politique. Par comparaison, au Moyen Âge, les possessions de l'évêché de Limoges sont presque de même importance que celles du vicomte. Il arrive que l'évêque soit ainsi le seul "propriétaire" de toute une paroisse (terres, forêts, habitations, étangs, moulins, cheptels). Le pouvoir de la foi catholique est si important dans ce moyen-âge que certains seigneurs iront même jusqu'à léguer leurs terres et possessions à des diocèses ou abbayes.

livre

En Limousin, la concrétisation absolue de ce pouvoir et de cette puissance de l'église sera bien évidemment, durant la présence des papes en Avignon, l'élection de 3 souverains pontifes nés en Corrèze. Clément VI et Grégoire XI ont vu le jour à Rosiers d'Egleton et Innocent VI à Beyssac. Leurs règnes pontificaux, au XVIe siècle, seront synonymes pour la Corrèze et le Limousin d'importants développements des structures et pouvoirs de l'Eglise sur la société. On peut évoquer ainsi le rayonnement à cette même période de l'abbaye cistercienne d'Aubazine (ou Obazine), et l'explosion du nombre de processions dont certaines perdurent aujourd'hui encore comme celle de la Lunade à Tulle.

Inaugurée hier soir, l'exposition qui se déroule aux archives municipales est une évocation de l'évolution des rapports de l'Eglise à la société, dans le Bas-Limousin, du Xe siècle aux frémissements de la Renaissance. Différents tableaux permettent, à travers textes et photos, d'appréhender le rôle de l'Eglise dans les relations entre les pouvoirs, dans la domestication et l'aménagement des espaces, mais aussi dans le façonnage des territoires du sacré. Un parcours très pédagogique qui intéressera un grand public et entre autres les scolaires de 5e et seconde qui ont cette période inscrite à leurs programmes.Les discours