Actualités

Le rugby au-dessus de la mêlée

  • Publié le 06/11/2011 à 14:28
  • Par Michel DUBREUIL
Les invités du Café LittéraireGérard Cholley, François Duboisset, Michel Embareck et Pierre Villepreux  étaient réunis pour parler rugby. Entre bilan de la coupe du monde et évolution du jeu, les sujets n'ont pas manqué.

Ils se sont retrouvés à la foire du livre  rassemblés chacun par une actualité commune, et le temps d'un café littéraire ont refait le rugby devant une foule nombreuse et attentive. L'occasion était belle de leur demander  de tracer un bilan de la dernière coupe du monde et chacun est allé de son analyse. Pour Pierre Villepreux, même si les français méritaient de gagner la finale, les Blacks restaient supérieurs sur l'ensemble de la compétition. Un sentiment général que Michel Embareck résumait d'une formule, "la France a perdu le seul match qu'elle aurait mérité de gagner".

Pierre VillepreuxLa tentation était également forte de demander aux participants qui avaient connu la période amateur du rugby de juger l'évolution de leur sport. "C'est le jour et la nuit", plaçait comme un upercut Gérard Cholley. Un avis que Pierre Villepreux développait: "les changements sont évidents dans l'utilisation des joueurs. Les avants, à notre époque, ne sortaient pas par exemple de leur registre. Le challenge aujourd'hui c'est de choisir entre le résultat et le spectacle".

Pour sa part Michel Embareck réclamait une évolution radicale. "Il faut encore plus de professionnalisation, avec un système de franchise sans montée ni descente, de façon à assurer un vrai spectacle. Il faut aussi revoir la notion de club qui n'a plus vraiment sa raison d'être actuellement dans le mode pro. Combien de joueurs toulousains ont été formés à Toulouse ?"

Le public

Sur cette foire du livre 2011, vous pouvez également consulter nos articles: