Actualités

Un Réseau « accélérateur » pour entreprendre

  • Publié le 10/11/2011 à 10:27
  • Par Marie Christine MALSOUTE
David Petit-Rouvès a repris la société Racs en créant 7 emplois supplémentairesIl y a 18 mois, David Petit-Rouvès a repris une société spécialisée dans l'agencement de bureaux et le stockage industriel sur la zone de Cana. Depuis, il a créé un bureau d'études, renforcé l'équipe sur place avec 7 emplois et acheté une usine de fabrication en Bourgogne, générant 5 autres nouveaux emplois. Un parcours qu'il a réalisé avec le soutien du Réseau entreprendre Limousin, une association rassemblant des chefs d'entreprise, qui a ouvert une antenne corrézienne à Brive. Indéniablement pour le lauréat, cet accompagnement a eu un effet "accélérateur". Un réseau qui demande à être mieux connu.



Le repreneur David Petit-RouvèsCertes, même sans ce coup de pouce, le nouveau patron de RACS avoue qu'il aurait malgré tout tenté l'aventure. Peut-être avec plus ou moins de bonheur! "Ça m'a permis de renforcer ma démarche, de bénéficier d'un suivi et d'un prêt à taux zéro, sans garantie ni caution. Mais aussi de rencontrer des patrons, des prestataires, de rentrer dans un réseau et de créer des liens forts avec plein de gens qui ont une belle vision de l'entreprise", explique l'ancien commercial. En un an et demi, l'effectif sur le site de Cana est passé de 6 à 11 personnes. En avril dernier, ce Lotois a même racheté l'usine d'un des derniers fabricants français de rayonnage. "L'objectif à terme est de fabriquer de plus en plus de choses, d'être autonome." La démarche semble bien engagée: "En 8 mois, nous avons réalisé le chiffre d'affaires de l'an dernier et nous tournons aujourd'hui avec 16 personnes, cinq de plus qu'au rachat."

L'entrepreneur n'en affiche pas moins une satisfaction prudente sur ce parcours plutôt atypique: "Le risque d'échec est bien plus élevé aussi", convient David Petit-Rouvès. "Je pourrais tout sous-traiter, évidemment, mais j'ai vraiment envie de travailler avec des gens qui ont un savoir-faire, de recréer le côté "familial" d'une aventure humaine."

David Petit-RouvèsAvant d'être retenu par le Réseau entreprendre, le lauréat a dû passer par un vrai parcours de validation et soutenir son projet devant 4 chefs d'entreprises, individuellement. Une démarche lourde, mais qui permet au candidat de bien mûrir son dessein. Et ce d'autant que les chefs d'entreprise qui constituent ce Réseau engage quelque part leur jugement auprès des partenaires financiers. Le soutien ne s'arrête pas à un simple coup de pouce. Le lauréat se voit accompagner pendant deux ans par un parrain, lui-même chef d'entreprise, en l'occurrence pour David Petit-Rouvès une marraine Françoise Malafosse de l'agence Comevents, et suit des formations à thème régulières avec les autres lauréats. Un parcours qui rompt un peu la solitude du créateur-repreneur.

Pour rentrer dans cette filière, il faut plus qu'un simple projet d'emploi individuel. "C'est un vrai projet de création d'entreprise, avec au moins cinq emplois à la clé", quantifie Alain Parot, président de l'antenne Corrèze qui s'appuie sur la devise "Pour créer des emplois, créons des employeurs". Et si vous lui parlez de conjoncture plutôt sombre, il vous répondra "qu'il n'y a pas de bon ou de mauvais moment pour créer. C'est d'ailleurs peut-être en temps de crise que les meilleurs talents s'expriment." En 25 ans, le Réseau entreprendre a ainsi contribué à créer ou reprendre 5.000 entreprises parmi lesquelles 80% sont toujours en activité après 5 ans d'existence, générant ainsi 50.000 emplois pérennes (source Réseau entreprendre). "La spécificité et la force de notre réseau réside dans cet accompagnement par un autre chef d'entreprise, sans jamais aller dans l'ingérence."

Le Réseau entreprendre cherche à mieux se faire connaître. De gauche à droite:le coordinateur local Jean-Pierre Labrugnas, le président corrézien Alain Parot, son homologue régional Christian Morange et le lauréat David Petit-Rouvès."En 10 ans, plus de 700 emplois ont été sauvegardés dont 31 à Brive", chiffre le président régional Christian Morange, en annonçant l'ouverture dans les semaines qui viennent d'une antenne en Creuse. De la PME à la grande structure comme Legrand, 117 chefs d'entreprise y adhèrent. "L'optimisation passe par un bon maillage de région." Un effet levier non négligeable. Pour preuve, une fois accompli ses deux ans d'accompagnement, le lauréat David Petit-Rouvès a déjà décidé de devenir adhérent du réseau.

"Depuis son ouverture, il y a 18 mois, l'antenne de Brive a traité 58 dossiers: 4 ont été retenus et 3 sont en instance", précise son coordinateur Jean-Pierre Labrugnas, "et nous réorientons si besoin sur d'autres structures." Parmi les postulants frappant à la porte, des victimes de plans sociaux et autres fermetures. Quatre anciens des Délices de Ninon se sont ainsi lancés ensemble dans une création de société Coste et associées dans la découpe de pommes. "Nous nous tenons bien évidemment à disposition des Anovo ou Kohler", assure le coordinateur. Si vous avez un projet porteur d'emplois, que ce soit dans l'industrie ou les services, vous pouvez contacter l'antenne de Brive, 50 rue Antoine Dubayle (dans les bureaux du groupe Parot) au 05.55.18.21.20 ou Jean-Pierre Labrugnas au 06.70.98.26.77.