Actualités

La nature nous parle, sachons l’écouter

  • Publié le 16/11/2011 à 15:06
  • Par Patrick MENEYROL
couverture du livreEn ces périodes de fin d'année, nous cherchons souvent des idées de présents, avec le désir généralement de joindre l'utile à l'agréable. Pourquoi ne pas saisir cette occasion pour proposer aux personnes que vous allez chérir d'entamer un dialogue avec ces sentinelles du temps, témoins de notre et de nos histoires, que sont les arbres. Les plus anciens, les plus beaux, les plus remarquables de notre région font l'objet d'un ouvrage, aussi joliment fait qu'intéressant.Photo tirée de l'ouvrage décrit55 arbres et alignements, 100 croquis, 150 photographies, Dialogues avec des arbres remarquables en Limousin est ce que l'on appelle un beau livre. Il est parti du travail, de l'inventaire, effectué par la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement en Limousin, qui a recensé plus d'un millier d'arbres. Avec cet inventaire en leur possession, un auteur, un photographe et un paysagiste sont partis à la rencontre de certains de ces arbres. Emblèmes, symboles, révélateurs, ils sont des témoins privilégiés de cette alchimie qui existe entre l'homme, la nature et les paysages. C'est ce mélange, quelquefois douloureux, qui est au cœur de cet ouvrage sensible et engagé où se côtoient textes, croquis et photographies.

Au fil des 143 pages de l'ouvrage, nous nous promenons dans les 3 départements de notre région. Ici un chêne, ici un aulne ou un genévrier, tous ces arbres ont une stature, une majesté conférées par leur âge. Comme l'être humain, l'arbre change au fil des ans. Il devient tortueux, perd de ses atours, son tronc se durcit, se noue. Un voyage qui, pour certains, a commencé il y a plusieurs siècles. Il en est ainsi du chêne de Cherdemont à Guéret qui, du milieu de son pré, regarde la ville s'étendre et l'encercler depuis 800 ans, ou du tilleul de Nouallaguet sur la commune de saint-Georges-la-Pouge dans la Creuse. Photo tirée de l'ouvrage décritAvec ses 25 mètres de haut et ses 8,5 mètres de circonférence, il regarde la vie des villageois depuis l'époque de Sully. Au 17e siècle, le ministre du bon Roy Henri IV, décidait en effet de mener une politique active de plantation d'arbres, notamment sur les places publiques et les points culminants du royaume de France.

Passeurs de temps, vigies de l'histoire de nos campagnes et de nos villes, les arbres ont aussi souvent une histoire qui leur est propre. Les 12 ginkgos de Saint-Sulpice-Laurière en Haute-Vienne sont de ceux-là. Ils bordent le talus devant la gare du village. Une petite gare qui ne mériterait aucun détour si, un jour de 1864, le frère de l'Empereur du Japon n'avait débarqué sur le quai pour offrir 12 ginkgos biloba à son grand ami l'ingénieur de Leffe des chemins de fer. Arbre prestigieux et surtout cadeau impérial du soleil levant, ils furent plantés en face la gare et depuis, regardent passer les trains.

La promenade continue au fil des pages, d'arbre remarquable en arbre remarquable. Une balade oxygénante pour les yeux et la tête et qui donne une foule d'idées de sorties.

Dialogues avec des arbres remarquables en Limousin, de Cécile Auréjac, Alain Freytet et Franck Watel. Les ardents éditeurs. 30 €