Actualités

Un duo d’en fer

  • Publié le 24/11/2011 à 08:12
  • Par Jennifer BRESSAN

intro



C'est Aurore qui a été l'origine de leur rencontre. Celle de Jean-Louis Laffaire, le mari d'Aurore atteinte de la maladie d'Alzheimer et Martine Larroque qui s'est occupée d'elle dans le cadre de son travail à l'unité de soins de Bel Air. C'est l'histoire d'une rencontre humaine qui leur a permis de surmonter les moments difficiles que chacun traversait séparément. Une rencontre artistique a suivi et prend en ce moment la forme d'une exposition. A découvrir jusqu'au 16 décembre, à l'IUT de Brive.

les artistes naufrage en mainLui sculpte le métal depuis aussi longtemps qu'il s'en souvienne. Elle dépose de la couleur et beaucoup d'elle-même à fleur de toile. Chacun de leur côté, ils n'avaient jamais osé dévoiler leur art. Ensemble, ils exposent aujourd'hui. C'est la force d'une union, de deux caractères forts qui a permis cela. "On s'est tendu la main pour se relever", expliquent-ils. Leurs difficultés personnelles et leur caractère différent mais complémentaire ont trouvé dans l'expression artistique un lieu pour exister, se soutenir et faire vivre ce quelque chose qui n'existe que dans la combinaison de leurs deux sensibilités.

sculptures"Il m'a guidée", confie Martine Larroque. "Il m'a fait confiance et je pense que nos travaux sont assez complémentaires." Elle le croit. Le triptyque intitulé Naufrage en fer qui associe les supports métalliques et les peintures l'illustre . "Je vois un voilier qui a démâté", commence Jean-Louis. "Ça nous a fait penser à un bateau et j'ai conçu mes toiles comme si elles sortaient de l'eau. Il se dégage de cette pièce quelque chose de sombre", continue Martine. Mais c'est loin d'être le cas pour toutes les œuvres. Des bonhommes rigolos, des troupeaux de cerfs, des lampes, des tables sont à découvrir mais aussi à acquérir.

Souvent, les pièces sont construites autour du chiffre 3: trois blocs, trois supports, trois tableaux, etc. Sans doute pas un hasard car ce duo ne se serait jamais formé sans Aurore, l'épouse de Jean-Louis. "Elle est à l'origine de tout alors on a décidé de la faire participer sur l'une des pièces. Comme elle est grabataire, je l'ai fait peindre avec la bouche", explique Martine. "C'était important pour nous de montrer qu'elle était présente." Comme un hommage à une personne sans qui rien n'aurait abouti. Cette concrétisation portera peut-être d'autres fruits. Jean-Louis Laffaire va aller à la rencontre d'élèves de Lavoisier qui apprennent les métiers de la métallurgie. "L'intérêt est de leur montrer comment leur travail sur le fer peut être valorisé", précise Myriam Martinez, responsable de la bibliothèque universitaire.

peinture à la bouche

les artistes