Actualités

Vélo gagnant pour 3 étudiantes de l’EGC

  • Publié le 07/12/2011 à 16:34
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Le vélo MUSP attribué à la région du groupe lauréat du concours EBG, le niveau européen du challenge Destination entrerpise

C'est un vélo de haute technologie conçu en Italie, plus exactement à Piacenza où se déroulait cet été le concours européen EBG remporté par trois étudiantes de l'Ecole de gestion et de commerce de Brive. Une délégation italienne l'avait apporté au président de Région Jean-Paul Denanot qui lui-même l'a attribué aujourd'hui dans les locaux de l'EGC à celles qui en avaient finalement tout le mérite.



Il est léger, équipé d'un matériau conçu en nid d'abeille, un système de vitesses électrique, un freinage en rétropédalage et habillé d'un design à la fois rétro et futuriste. Cette merveille d'ingéniosité est le fruit d'une collaboration entre un centre de recherche universitaire, des entreprises de Piacenza et un groupe d'artisans. Une délégation italienne l'avait remis en octobre dernier au président Denanot afin d'honorer le prix remporté par les trois étudiantes limousines.

Les lauréates. Margot, Marie-Laure et Anne-SophieMargot et les jumelles Anne-Sophie et Marie-Laure sont en effet les heureuses lauréates de l'édition 2011 de l'European Business Game (EBG) qui se déroulait en juin dernier à Piacenza en Emilie-Romagne. Ce concours représente le niveau européen du challenge Destination entreprise né il y a 20 ans à la CCI de Brive et qui a ajouté au fil des ans des étages à sa fusée. Les trois Brivistes y défendaient leur projet S'Moss, une société fabriquant des produits de toilette à base de lait de chèvre commercialisés via internet. Une entreprise fictive certes, mais qui s'est détachée des dix projets présentés.

"C'était inouï, une expérience inoubliable. Il y avait une bonne ambiance entre toutes les équipes", s'enflamment encore les trois lauréates qui avouent avoir bien amélioré leur anglais, langue officielle du concours. "Ça a été très formateur, ça nous a ouvert l'esprit et apporté beaucoup de maturité."

Aujourd'hui en 2e année EGC, les trois filles envisagent de poursuivre avec la 3e, toujours à Brive. Les deux sœurs ont déjà tracé leur avenir: "Nous voulons reprendre l'entreprise familiale de charcuterie salaison (la SARL Robert Bach, NDLR) et monter un projet export". Une troisième génération en marche. Margot aimerait quant à elle poursuivre par un master à l'étranger.

Le Président à vélo"Un bel exemple à suivre et qui montre que nous sommes capables en Limousin de créer de la richesse", a déclaré Jean-Paul Denanot, saluant ainsi les formations proposées par la CCI corrézienne qui transmettent cette "envie d'entreprendre": 193 personnes suivent la formation initiale avec l'EGC ou par alternance avec l'IFV. "C'est par la qualification des hommes et des femmes, l'imagination, que l'on fait avancer le territoire. Nous sommes condamnés à innover", a insisté le président de Région.

"Des formations qui servent à la performance des entreprises", a rappelé Jean-Louis Nesti, président de la CCI. L'élu a d'ailleurs évoqué le projet de construction à l'horizon 2014 d'un centre de formation sur l'emplacement de l'ancienne établissement Saint-Joseph et dont la recherche de financement est en cours.

Lors de cette cérémonie dans les locaux de l'EGC et en présence de nombreux étudiants, le président Nesti a annoncé une 1ère Nuit de l'orientation vendredi 27 janvier à Tulle. De son côté, Francis Obry, président de la fédération régionale Destination entreprise a révélé la mise en place prochaine d'un jeu sur le principe du challenge "en français, entre pays francophones, Belgique, Québec, Burkina Fasso..." Toujours l'envie d'entreprendre.