Actualités

A Novo, « le dossier doit être exemplaire »

  • Publié le 07/12/2011 à 13:56
  • Par Patrick MENEYROL


Le préfet de la Corrèze faisait ce matin à Tulle un point sur la situation du dossier A Novo. Sophie Thibault tenait à détailler la mobilisation des différents services et organismes dépendant de l'Etat. En présence de Guy Mascrès, sous-préfet de Brive, elle a également annoncé le déblocage d'un million d'euros pour le bassin de Brive au titre du fonds national de revitalisation des territoires.



C'est un dossier majeur pour la préfecture de la Corrèze, et à travers elle pour l'Etat. A Novo est en effet le premier grand dossier social qui va passer par le CSP (contrat de sécurisation professionnelle), le dispositif mis en place par le gouvernement au 1er septembre dernier. Il s'agit donc pour les pouvoirs publics d'en faire à ce titre un dossier exemplaire, d'autant que tout le plan social A Novo au niveau France est "traité" depuis la Corrèze qui centralisera l'ensemble du dossier.A novo



131 employés de l'usine briviste reçoivent ces jours ci leurs lettres de licenciement. Formation, reclassement, création d'activité, d'entreprises, les besoins vont être énormes, et il faut que la réponse soit à la hauteur des attentes des salariés concernés. Un challenge qui n'est pas gagné.

Ces différents organismes, sous les directives d'Alain Mascrès le sous-préfet, suivent bien entendu le dossier de très près, mais ils n'ont pas forcément l'habitude de travailler ensemble et de manière coordonnée. Cette transversalité est pourtant impérative si, au cas par cas, des réponses précises doivent être apportées.

Sophie Thibault s'y est engagée. Pour elle, il n'est pas question que chacun agisse sans se soucier de ce que fait l'autre. Pôle emploi, AFPA, DIRECCTE, vont être "priés" de faire les choses de manière collégiale puisque le but est que pas un salarié licencié reste "sur le carreau". Madame le préfetC'était, c'est encore, une des préoccupations des représentants des personnels. Ils vont également suivre de manière individuelle chaque personne qui intègrera le dispositif CSP. Pôle emploi s'est ainsi par exemple engagé à mobiliser des agents qui se consacreront uniquement au dossier A Novo.

Rappelons que le CSP se veut être une véritable boîte à outils de la réinsertion professionnelle. Il permet aux salariés licenciés économiques, en plus d'un accompagnement individualisé  de toucher une allocation de sécurisation professionnelle, équivalente à 100% de son salaire, et cela pendant 12 mois.

Au delà de ce dossier, Sophie Thibault a annoncé l'éligibilité du bassin de Brive au titre du FNTR (fond national de revitalisation des territoires). Ce fonds est destiné à soutenir les territoires touchés par des restructurations économiques. Il permet l'octroi par OSEO de prêts sans garantie aux entreprises de 10 à 500 salariés maintenant ou créant de l'emploi. Ces prêts d'une durée de 5 à 7 ans bénéficient de taux préférentiels et d'un remboursement différé à 2 ans. Le FNTR a débloqué pour cela, et pour le bassin, une enveloppe d'un million d'euros.