Actualités

SPIE bouste la ZAC du Fourneault

  • Publié le 23/03/2012 à 13:30
  • Par Patrick MENEYROL


La société spécialisée en ingénierie et services dans les domaines de l'électricité, l'automatisme, la maintenance multitechnique, les services informatiques, la téléphonie ou encore les data centers, inaugurait ce midi ces nouveaux locaux brivistes. Ce site regroupe désormais 2 entités du groupe: SPIE Ouest-Centre et SPIE communications.

C'est sur la zone d'activité commerciale du Fourneault, impasse Jacques Chaminade, que le groupe a donc décidé de déménager de Malemort et d'implanter son nouveau site. Un regain de dynamisme pour cette ZAC à l'ouest de la ville. Cette petite zone de 7 hectares, bien située, en accès rapide avec l'autoroute, reçoit avec SPIE sa première implantation. D'autres devraient suivre: 2AI (bureau d'étude) devrait s'installer non loin de là d'ici quelques mois et 3 autres projets avancent bien et notamment l'installation d'un centre de formation.

Avec cette structure qui regroupe la branche Ouest-Centre de la société et celle des communications, SPIE entend, au cœur de la région, renforcer ses relations de proximité avec ses clients tels que la Ville, l'aéroport et l'hôpital de Brive, Andros, Blédina, BMS, Photonis ou la Ville de Tulle. La construction du site de Brive, qui rassemble aujourd'hui une vingtaine de personnes (contre 12 à Malemort), est jugée comme une étape importante de son développement local par l'entreprise qui souhaite selon ses dirigeants, et malgré sa dimension internationale, conserver un ancrage local.

SPIE Ouest-Centre possède ainsi 48 implantations permanentes dans son secteur géographique qui va de Brive à Brest, et de La Rochelle à Chartres. 48 sites sur lesquels travaillent 3.120 personnes. Une entité qui réalise un chiffre d'affaires de plus de 423 millions d'euros (2010) dans tous les grands secteurs de l'économie en aidant à la conception, la réalisation, l'exploitation et la maintenance d'installations plus économes en énergie et plus respectueuse de l'environnement. Un "régime" qu'elle semble s'appliquer à elle-même avec différentes certifications "qualité-sécurité-environnement" récompensant une politique de management, une maîtrise des risques et une baisse de sa propre consommation d'énergie. Une philosophie "développement durable" qui passera aussi cette année par l'achat d'une vingtaine de véhicules électriques.