Actualités

Pour Vet’aime, l’hiver sera fourrure et solidaire

  • Publié le 26/03/2012 à 15:01
  • Par Marie Christine MALSOUTE

L'équipe Vet'aime et les décideurs stylistes de Paris


Cet après-midi, le chantier d'insertion Vet'aime a vu retenir sept de ses créations pour figurer dans la collection automne/hiver 2012 de la griffe nationale Tissons la solidarité. Où l'on apprend que la mode hivernale sera fourrure, "potager" mais aussi flashie.



Gant baguéDeux manteaux, deux jupes et des accessoires, faux-cols ou gants (incrustés d'une bague s'il vous plait!). Les salariés du quai Tourny étaient radieuses de voir leurs modèles retenus par les deux stylistes venus spécialement de Paris. Pour eux, le choix de la prochaine collection automne/hiver touche à sa fin et tout doit être bouclé fin mars. Après viendra pendant six mois le temps de la confection dans les divers ateliers.


"C'est un super travail. Elles sont pleines d'idées, d'énergie et super créatrices. On sent la force d'équipe", affirment les deux décideurs de la griffe, Emmanuel Aubry et Laure Du Pavillon. Rappelons que cette griffe donne une nouvelle vie aux vêtements en les retravaillant selon les stylistesdes tendances élaborées avec des stylistes professionnels et qu'elle regroupe des structures qui ont fait de la lutte contre l’exclusion des femmes leur objectif principal en leur offrant du travail.


C'est la première fois que Vet'aime participe activement, en proposant des modèles, à une collection Tissons la solidarité. Ayant adhéré récemment au réseau, le chantier d'insertion briviste n'avait jusqu'ici que suivi les fiches établies pour confectionner la collection printemps/été actuelle, présentée d'ailleurs en ce moment dans la boutique. Aujourd'hui, Vet'aime crée.


essayage"Nous sommes très fières du résultat", se réjouissent les salariées en insertion. Qu'elles soient à la couture ou au tri, elles se sont toutes motivées sur ce projet. "C'est aussi une démarche de professionnalisation", commentent les deux représentants nationaux. En contrat aidé, les salariées peuvent acquérir par ce biais des attestations pré-qualifiantes vente et couture, validées par Pôle emploi. "Ça met en valeur leur travail." Et elles sont allées vite, à peine quinze jours pour mettre au point leurs modèles, toujours sur le principe de la récupération, par exemple deux jupes d'un même tissu qui retaillées en font deux nouvelles mêlant les matières. "Cet hiver, la fourrure revient, fausse bien sûr", annonce Laure Du Pavillon. "La tendance est au "potager" avec des teintes aubergine, potiron", ajoute avec humour son collègue styliste. "Des couleurs flashies aussi, rouge ou jaune, mariées avec du noir."



********


Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article: