Actualités

Le poulet a de l’avenir

  • Publié le 21/08/2012 à 14:09
  • Par Patrick MENEYROL
Exploitation de poulet

A l'occasion du festival de l'élevage qui se tient ce week-end à Brive, coup de projecteur sur une filière qui connait un regain d'activité dans notre département. Celle des palmipèdes et volailles. Un secteur qui est loin d'être le plus important mais qui offre de belles possibilités de développement et d'installation.

Exploitation de poulet"De plus en plus, les gens se diversifient et les volailles sont un bon moyen de le faire" se réjouit Emmanuel Carbonnière. Il est technicien spécialisé dans cette filière à la chambre d'agriculture. Aujourd'hui, même si la production de volailles n'est pas, et de loin, la plus importante de la Corrèze, les chiffres sont encourageants. "On est à une trentaine d'élevages de poulets label rouge, pour une production d'un million de bêtes par an, et en prêt à gaver, les canards, le potentiel est de 350 000", renchérit-il, et cela n'est que prometteur pour un avenir qui pourrait peut-être permettre l'installation dans le département d'un site d'abattage qui n'existe pas encore.

Exploitation de pouletAvec le prix du foncier qui n'arrête pas d'augmenter et les capitaux importants qui sont à mobiliser pour certaines productions comme les bovins, l'installation en élevage de volailles ou palmipèdes apparait de plus en plus comme un moyen de développer ou de créer son activité, y compris hors cadre familial car elle nécessite des surfaces de terre et des infrastructures beaucoup moins importantes. "On peut s'installer avec une quinzaine d'hectares seulement" précise Emmanuel Carbonnière, et en plus "le retour sur investissement est beaucoup plus rapide".

Exploitation de pouletDe atouts qui ont poussé Jean-Luc Nussas à franchir le pas. Cet ancien mécano, au chômage après un plan de licenciement, a décidé de mettre à profit la quinzaine d'hectares que son épouse avait gardée, suivant ainsi le vieil adage corrézien: "au moins, avec un peu de terre, on s'en sort toujours". Il a donc recueilli l'expérience d'autres éleveurs et à monter un dossier qu'il a soumis à la chambre d'agriculture. "Les frais d'installation ne sont pas négligeables mais la solidarité et l'huile de coude ont permis de faire bien et moins cher. J'ai fait beaucoup moins même pour construire les bâtiments, avec l'aide de la famille, des copains et d'autres agriculteurs". Aujourd'hui, son élevage est lancé, et bien lancé. Les premières bêtes sont arrivées le 28 juin dernier, 17 000 poussins âgés de quelques jours. Ils sont répartis en 4 bâtiments et enclos et vont rester là, à manger et se promener pendant 80 jours minimum, conformément au cahier des charges du label rouge. Un cahier des charges rigoureux et contraignant mais Jean-Luc veut faire de la qualité. Exploitation de poulet "Pour moi, pas question de me lancer dans de l'industriel pur et dur, je voulais retrouver des poulets comme nos anciens en élevaient dans leurs fermes, même si de nos jours, pour en vivre, une quarantaine ne suffit plus du tout". Ce ne sont donc pas quarante, mais plus de 60 000 qui sortiront chaque année de la ferme de Jean-Luc.

Exploitation de pouletCela fait beaucoup de travail, notamment de surveillance pour voir si les animaux vont bien, surtout en ces temps de fortes chaleurs mais le jeu en vaut la chandelle. D'autant que cette production est relativement bien sécurisée par rapport à d'autres puisque le prix de vente d'un poulet est automatiquement indexé sur le prix des céréales, qui représente 80% de l'alimentation des poulets. L'intérêt selon Emmanuel Carbonnière, "c'est que cela permet à l'éleveur, quand il reçoit un poussin de savoir combien il le vendra 80 jours plus tard. De nos jours, c'est un confort non négligeable quand on se lance". Pour information, les céréales ont augmenté de 40 euros la tonne ces derniers mois, cela représente une hausse de 24 centimes par poulet quand il sort de l'élevage".

Palmipèdes et volailles seront bien entendu présents au festival de l'élevage. Samedi 25 et dimanche 26 août, place de la Guierle.

Exploitation de poulet