Actualités

15 jours de plus pour les fouilles

  • Publié le 24/08/2012 à 13:25
  • Par Patrick MENEYROL
Fouille archeologique st martin

Les archéologues vont continuer leurs travaux un peu plus longtemps que prévu sur la place Charles de Gaulle. Ils ont en effet trouvé énormément de sépultures sur le parvis de la collégiale, et comme convenu lors de la mise en place des fouilles, ils vont pouvoir bénéficier de 2 semaines supplémentaires pour pouvoir affiner leurs recherches. Rencontre avec Emmanuel Barbier, responsable du chantier pour l'institut national de recherche archéologique préventive.

Fouille archeologique st martinBrivemag: Pourquoi ce délai supplémentaire?

Emmanuel Barbier: cette prolongation ne concerne que le parvis puisque nous avons trouvé à ce jour sur le site 280 sépultures et au-delà de 200, il était prévu des tranches supplémentaires de recherche. Il y a une très forte densité sur le chevet (l'arrière) de la collégiale, et sur le parvis. Nous couvrons une période qui semble remonter jusqu'au 4e siècle, l'époque de la construction du premier bâtiment religieux, et qui s'est achevée au 18e. Une implantation très longue dans le temps qui concerne essentiellement le chevet car pour le parvis et le cloître, il semble que l'on ait arrêté d'y enterrer des gens au 12e siècle, époque à laquelle l'endroit s'est peut-être ouvert à la ville. Cela pourrait vouloir dire qu'avant, l'entrée dans la collégiale se faisait par un autre endroit. Fouille archeologique st martinSur l'arrière du bâtiment en revanche, les inhumations ont continué. On est en présence de ce que l'on appelle un cimetière paroissial comme il y en avait tant, mais ici, c'est très important puisque nous avons des sépulture depuis quasiment le niveau de la rue jusqu'à au moins 3 mètres de profondeur.

Brivemag: Du 4e au 12e siècle, est ce que cela veut dire qu'il n'y avait rien avant?

Fouille archeologique st martinEB: Non pas du tout. Nous avons en effet découvert des traces d'une implantation plus ancienne. Nos travaux ont permis de mettre à jour des fragments de tuile, ou de poterie, qui semblent remonter avant le 4e siècle, à l'époque gallo-romaine. Mais tout cela doit être confirmé maintenant par les analyses effectuées en laboratoire et notamment la datation au carbone 14.

Fouille archeologique st martinBrivemag: Entre le parvis et le chevet, il y a les restes des bâtiments conventuels. Est ce que vous y avez trouvé suffisamment d'éléments pour avoir une idée plus précise de leur structure et de leur importance?

EB: Oui. Nous avons pu remettre au jour, en quelque sorte, le cloître dans ses dimensions. Nous avons aussi le cheminement avec ce que l'on appelle le mur bahut, qui fait la séparation entre les bâtiments et le jardin du cloître. On est sur des proportions tout à fait classiques Fouille archeologique st martinmais ce n'est pas un critère de valeur, il ne préjuge pas de l'importance de la communauté installée ici. En tout cas, il est bien présent, et il reprend à peu près la topologie actuelle. Il devait en effet se fermer où se trouve aujourd'hui la médiathèque, qui doit sûrement recouvrir un bâtiment de l'ensemble conventuel. Ces vestiges sont en tout cas relativement bien conservés puisque l'on a trouvé par exemple un bel escalier qui devait desservir un cellier, il y a aussi la salle du chapitre, et bien sur des sépultures en sarcophages qui devaient se trouver dans les allées ou les couloirs et dans lesquelles se faisaient enterrer les chanoines, ce que l'on retrouve dans de nombreuses églises aussi.

Fouille archeologique st martinBrivemag: Des corps, des sépultures, des murs, avez vous trouvé des objets, qui peuvent eux aussi révéler des informations importantes?

EB: Oui, pas énormément, mais oui. Quelques bijoux, des bagues essentiellement, mais sans grande valeur marchande, quelques éléments d'habillement, des chapelets, du verre et quelques monnaies mais ces dernières ne sont pas encore très lisibles. Il faudra les étudier de près en laboratoire pour qu'elles nous permettent de dater plus finement nos découvertes.