Actualités

Premiers pas dans le monde du BTP

  • Publié le 07/09/2012 à 14:09
  • Par Jennifer BRESSAN


Casques bleus, gilets jaunes et chaussures de sécurité. Les étudiants de première année génie civil de l'IUT d'Egletons qui visitaient cet après-midi le chantier en cours aux abords de la collégiale Saint-Martin, ne sont pas passés inaperçus dans la ville.

Ils sont rentrés il y a seulement trois jours et le chantier des abords de la collégiale Saint-Martin est déjà le 4e que les étudiants visitent.

"Ils arrivent de bacs généraux, de scientifique, pour la grosse majorité et ne connaissent encore rien aux travaux publics", explique Sébastien Mazelier, enseignant à l'IUT en génie civil. "Cela constitue leur première approche."

Pas pour tous cependant. Laura a 18 ans. Elle arrive d'un bac STI et le choix de son orientation est fixé depuis plusieurs années déjà. "En 3e, il fallait qu'on trouve des stages en entreprise. Je me suis retrouvée un peu prise de court, et je suis finalement allée le faire dans le BTP", explique-t-elle. "Et ça m'a plu!" Depuis, j'ai fait de nombreuses visites de chantier.

Ce qui l'attire? Le fait de ne pas rester toute la journée derrière un bureau. "On est amené à se déplacer souvent et surtout à côtoyer beaucoup de personnes qui exercent des métiers différents."

De fait, à travers la visite d'un chantier, c'est l'occasion pour l'enseignant de montrer à ses élèves la diversité d'intervenants qui prennent part à un projet, comme le maître d'œuvre, le maître d'ouvrage, le bureau d'études et bien sûr les entreprises.

Etienne Patier, élu à l'urbanisme, ainsi que d'autres acteurs de ce chantier étaient là pour leur présenter leurs différentes missions et les nombreux enjeux inhérents à tous travaux comme tenir les délais, ou répondre au mieux aux contraintes.

"La Ville a profité d'une mise en conformité obligatoire des branchements plomb et de travaux d'assainissement pour réaménager l'ensemble des abords", explique l'élu. "L'un des enjeux a aussi été de coordonner les différents acteurs, archéologues et entreprises, tout en maintenant une circulation piétonne et une partie automobile pour l'accès aux commerces notamment."

Des défis que Laura se sent prête à relever. "Je suis sûre que je vais travailler dans le BTP. Je ferai sans doute une licence pro après mes deux ans d'IUT et je me dirigerai peut-être vers ce type de chantier: l'aménagement urbain."