Actualités

SAS d’insertion à la collégiale

  • Publié le 19/09/2012 à 14:52
  • Par Patrick MENEYROL


Visite de chantier cet après-midi pour des jeunes en insertion professionnelle et sociale. Ils viennent des missions locales de Brive, Tulle et Ussel dans le cadre de leur action SAS 2012. Une découverte des métiers des travaux publics qui permettra peut-être à certaines ou certains d'entre eux de trouver leur voie.

Ils étaient 7 à déambuler dans la poussière des travaux d'aménagement de la place Charles de Gaulle. Gilet jaune sur le dos, ils ont pu faire le tour du chantier et se faire expliquer les différents types de métiers qui y interviennent. Après avoir rencontré et discuté pendant une heure avec un conducteur de travaux, cette visite était aussi l'occasion pour beaucoup, et même pour tous, de se faire une idée un peu plus précise de ces professions et de voir ainsi si l'une d'entre elles peut leur convenir. Ces jeunes ont entre 17 et 26 ans et sont sortis du système scolaire depuis plus d'un an, diplômés ou non, et n'ayant connu aucune situation de travail de plus de 4 mois dans l'année écoulée. Ils restent sans projet clairement défini, sans solution d'emploi, soit parce que leur filière ne recrute pas, soit parce qu'elle ne les intéresse plus. C'est pour eux qu'est créé, à titre expérimental par la Mission locale à l'initiative du Conseil régional, le SAS, "Orientation active pour l'emploi des jeunes".

A Brive, le SAS est mis en œuvre par la mission locale.  Son objectif est d'orienter les jeunes vers l'insertion professionnelle par une méthodologie originale. Il s'agit de rompre la spirale de l'échec par des expériences concrètes , dynamiques et réussies en les menant à la découverte des univers professionnels et des métiers par l'immersion, le stage, la visite, la formation ou l'emploi, mais également grâce à des activités visant à casser la monotonie du quotidien. Il est question par exemple de coaching individualisé mené par un référent du Point santé, mais aussi de visites de lieux touristiques ou même parfois de participation à des manifestations culturelles ou sportives. Un parcours qui s'inscrit dans une durée de 12 semaines.

La visite du chantier de la collégiale semblait presque un passage obligé d'autant que sur ce site, le social est déjà présent puisque lors de la passation des marchés, les entreprises retenues ont une clause d'insertion sociale à respecter. Pour les travaux publics, comme pour la création des futurs espaces verts, elles doivent consacrer 5% du temps de travail global du chantier à de l'emploi d'insertion, qu'il s'agisse d'un ou plusieurs postes, en CDI ou en intérim.