Actualités

Sébastien Coppolino dévoile son « Invisible »

  • Publié le 24/09/2012 à 14:30
  • Par Sylvain MARCHOU


Le pôle image et le centre culturel de Brive invitent le photographe Sébastien Coppolino à nous livrer ses visions de l'Invisible. Une exposition à découvrir du 19 septembre au 1er octobre, 31 avenue Jean-Jaurès.



Sébastien Coppolino est un artiste à tiroirs: metteur en scène, comédien, peintre, photographe. Aujourd'hui, il nous ouvre celui du photographe. C'est sur une route de la Haute-Vienne, un matin lumineux de printemps, que nait la première photographie du travail qu'il présente. Des fils de fer barbelés accrochent la lumière et son oeil, leurs contorsions s'imposent à lui. Naissance sur un fil, conducteur certainement, et ce tout au long de ses voyages, Belgique, Hollande. Il découpe le monde qui l'entoure en rectangles serrés sur les détails singuliers de fer et d'acier que le temps polit, abrase, détériore, pigmente de tâches rousses, vert de gris. "C'est la disparition des choses qui m'interpelle, j'utilise la photographie pour figer le temps."

Sébastien Coppolino livre sa pensée dans un sourire du regard. Il évoque ses pairs: Henri Cartier Bresson pour ses compositions au cordeau, Gilles Caron pour son sens du reportage, et Van Gogh pour ses mouvements dans ses auto-portraits. Ce jeune photographe semble vouloir saisir ces forces livrées au monde par ses pairs. Après s'être longtemps rassasié de paysages dans leur immensité ou dans leurs détails, il s'oriente dès lors vers la sculpture de la lumière au service du portrait. En tout cas, un photographe à suivre. Son site: sebnco.com.