Actualités

Les Steinway sont de retour

  • Publié le 15/10/2012 à 14:09
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Heu-reux, les professeurs de piano du conservatoire de Brive! Ils ont retrouvé ce matin les deux Steinway grand concert qui étaient partis il y a près d'un an pour une complète restauration. Pour célébrer cette renaissance, un concert réunira les six professeurs mercredi 21 novembre à 18h30 à l'auditorium Francis Poulenc, autour d'un programme très éclectique.



Ils étaient partis en décembre dernier pour la maison Hanlet à Paris et une restauration qu'il n'avait jamais connue. Cordes, marteaux et étouffoirs changés, mécanique entièrement revisitée, laque refaite, reverni l'un mat l'autre brillant, lyre révisée, clavier réglé, les voilà de retour comme flambants neufs. Impossible pour les enseignants de manquer cet événement. Ils étaient donc là ce matin pour accueillir les Steinway, impatients de pouvoir à nouveau effleurer les touches de ces pianos de renommée. Ce qu'ils ont fait les instruments aussitôt déballés, échangeant des regards admiratifs et une joie visible.

"C'est un vrai plaisir de jouer dessus", s'exclame l'un. "Quelle sonorité!", jubile l'autre. Et de se succéder aux claviers à deux, quatre ou huit mains. L'occasion surtout pour eux d'exécuter leur première répétition pour le concert du 21 novembre. Les six professeurs de piano du conservatoire y aborderont plusieurs compositeurs, Schubert, Stravinsky, Rachmaninov, Poulenc, Bach, mais aussi quelques standards de jazz ainsi qu'un classique du mélange des genres Sonate pour deux pianistes de Claude Bolling. Un concert d'un peu plus d'une heure interprété par des musiciens chevronnés.

Cette restauration aura permis au passage de dater les deux instruments, pour l'un 1973 et l'autre 1975. Tous deux sont des pianos d’exception qui méritent tous les égards, les plus gros modèles pour les concerts, plébiscités à travers le monde autant par les jazzmen que par les musiciens classiques. L’équivalent d'un Stradivarius pour les cordes que peu de conservatoires peut se targuer de posséder. Et celui de Brive en jouit de deux. Une vraie richesse!

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter notre précédent article: