Actualités

Les modifications du contrat d’agglomération votées à l’unanimité

  • Publié le 26/06/2009 à 12:15
  • Par Olivier SOULIÉ
La CAB a été contrainte d'abandonner le projet de réhabilitation de la centrale électrique de Smurfit

C'est à l'unanimité que le conseil communautaire, qui se tenait hier soir salle Bouchet à la CCI du Pays de Brive, a voté un avenant au contrat d'agglomération en vue d'annuler, de reprogrammer, de créer ou de modifier des actions. Le contrat d'agglomération avait été approuvé le 7 février 2008 et était composé de 35 actions pour un montant de 163,5 millions d'euros. Hier soir, les élus de la Communauté d'agglomération de Brive (CAB) ont donc voté des modifications à l'unanimité.

Trois actions ont été annulées :

  • L'aménagement du secteur Lacombe, où devait être construit le centre nautique.

  • Le Corrézium "qui n'a jamais rien eu de concret", comme l'a expliqué le président de la CAB Philippe Nauche hier aux élus.

  • La réhabilitation d'une centrale électrique sur le site de Smurfit puisque l'Etat a informé la CAB de l'impossibilité de récupérer le droit d'eau.


Pour mémoire, le centre nautique de la CAB est une action annulée sur l'ancien contrat d'agglomération. L'ensemble des subventions ont été récupérées, à l'exception des 203.751 euros pour lesquels le préfet essaie de récupérer l'enveloppe FNADT (Fonds national d'aménagement et de développement du territoire).

"On va essayer de récupérer FNADT et FNDS (Fonds national de développement du sport) pour le plan piscine", a précisé Philippe Nauche. Un plan piscine qui consistera à réhabiliter les 3 bassins existants, avec un effort particulier sur la piscine de Montjauze.

Vingt actions nouvelles, dont six pour la CAB, ont été proposées pour un montant de 33 millions d'euros. Parmi celles-ci :

  • Une évaluation de la politique d'habitat pour préparer le prochain Programme local de l'habitat (PLH).

  • La création d'une pépinière d'entreprises portée par la SEMABL pour le compte de la CAB. Cette pépinière visera à favoriser les conditions de démarrage, de pérennité et de développement des jeunes entreprises dans le secteur des hautes technologies. Les candidats bénéficieront notamment d'un espace d'apprentissage et d'accompagnement pour un passage à l'autonomie réussi.

  • La valorisation des grottes de Lamouroux situées sur un terrain en passe d'être acheté par la CAB à un propriétaire privé.


Ce dernier point n'a pas suscité de discussion particulière hier soir. Mais, lors d'une conférence de presse hier matin, Philippe Nauche et Patricia Broussolle, 1ère vice-présidente de la CAB, se sont exprimés sur le sujet.

"Ce projet s'inscrit certes dans la politique générale de densification de l'offre touristique de la CAB, mais on parle là de tourisme maîtrisé", a expliqué Philippe Nauche. "Il s'agit avant tout de préserver un patrimoine de niveau européen. Il faudra faire fouiller l'endroit puis réaliser des aménagements car, pour l'instant, le site reste dangereux et il ne faut surtout pas s'aventurer jusqu'aux grottes d'où l'on peut chuter."

"Il y a un ensemble de 70 grottes", a détaillé Patricia Broussolle, "et, dans un rayon de quelques kilomètres, on dispose d'un patrimoine exceptionnel. Et pas seulement lié à la préhistoire mais aussi à l'histoire puisque des spécialistes pensent que la seigneurie était installée dans ce secteur avant de se déplacer vers le Noailles qu'on connaît actuellement, avec son château. Pour l'heure, nous sommes en phase de discussion pour racheter l'endroit au propriétaire."