Actualités

G »art »age

  • Publié le 16/11/2012 à 14:46
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Le Garage (anciens établissements Taurisson avenue Edouard Hériot) va devenir un lieu de présentation d'art contemporain avec potentiellement le prêt d'œuvres. L'aménagement du rez-de-chaussée va permettre d'accueillir à partir de juin 2013 des expositions temporaires et des ateliers pédagogiques. Cette nouvelle destination a été adoptée hier soir en conseil municipal par la majorité et l'opposition s'y est opposée. Les travaux doivent débuter en janvier prochain.



"Les structures d'art contemporain en Limousin sont principalement implantées en Haute-Vienne et en Haute-Corrèze", a expliqué Françoise Gautry, maire-adjoint à la culture au moment de la délibération. Depuis la réhabilitation du théâtre municipal qui a conduit à la réaffectation de trois salles auparavant destinées aux expositions, il ne restait plus à Brive que la chapelle Saint-Libéral qui pouvait en faire office. Si ce n'est que "son architecture liée à son ancienne destination religieuse ne se prête pas à toutes les expressions", a précisé le député-maire, optant pour une complémentarité entre chapelle et garage.

Le projet consiste donc à créer sur ce dernier site plus moderne un lieu d'exposition d'œuvres d'art contemporain ainsi que potentiellement le prêt d'œuvres. "Il pourra également abriter d'autres expositions ou manifestations culturelles jugées pertinentes", élargit Françoise Gautry. Des liens vont être formalisés pour favoriser les collaborations avec les acteurs culturels, au premier rang desquels le Frac (Fonds régional d'art contemporain) et l'Arthotèque du Limousin.

L'étude de faisabilité ayant mis l'accent sur la nécessité d'une réhabilitation lourde pour l'occupation des étages, l'opération va se dérouler en deux temps, en se concentrant d'abord sur le rez-de-chaussée. Le montant des travaux (aménagement et mobilier compris) est estimé à 418.000 euros HT dont la moitié devrait être subventionnée (par l'Etat et le Conseil régional pour 83.000 euros chacun et le Conseil général pour 41.800 euros). C'est la direction municipale de la culture qui en sera gestionnaire.

Dans le groupe d'opposition, Valérie Taurisson interroge sur "l'aspect prioritaire de ce dossier dans le contexte actuel". "L'investissement culturel est un investissement pour l'attractivité de la ville", répond le maire, l'invitant à se rapprocher des acteurs culturels pour constater "l'urgence et la nécessité" de cet équipement. "Il est anormal qu'une ville de la taille de Brive n'ait pas encore de lieu pour recevoir des expositions d'art contemporain. Tout en précisant: "Ce ne sera pas un lieu luxueux mais fonctionnel qui permettra la médiation culturelle." "Je ne suis pas convaincu que cet équipement sera utile et bien utilisé", dénonce Frédéric Soulier, parlant de "mauvaise décision" et de "boulet culturel": "On fait le minimum pour recevoir du public, on est sur une courte vue sur ce que doit être un réel équipement culturel". "Nous avons une vraie différence de conception de ce que représente la culture dans une ville", conclut Philippe Nauche. "Vous, vous considérez que c'est quelque chose d'inutile, nous que c'est un investissement pour l'attractivité, l'avenir de la ville, sa personnalité."

Sur ce conseil municipal du 15 novembre, vous pouvez également consulter nos précédents articles:

Vous pouvez également visionner les débats du conseil municipal, délibération par délibération sur le site officiel de la Ville en cliquant ici.