Actualités

Gaëtan Devaud et l’éco-lotissement du Pilou occupent le Sud

  • Publié le 23/11/2012 à 10:30
  • Par Jennifer BRESSAN


Hier soir, le conseil de quartier Sud, présidé par Chantal Féral-Mons, se réunissait en salle d'honneur. Un quartier qui abrite, de par son étendue, de nombreux dossiers phares pour la Ville. C'est ainsi que le stade Gaëtan Devaud et le projet d'éco-lotissement "Le Pilou" ont été présentés aux conseillers et discutés.



Acté lors du dernier conseil municipal, le rachat du stage Gaëtan Devaud (dont on vous avait déjà parlé ici) a continué de faire débat hier soir, lors du conseil de quartier Sud. A commencer par le prix de ce rachat. "On entend tout et n'importe quoi en ce moment", a fait remarquer un conseiller. "Comme toujours dans ces cas-là, l'administration fiscale s'est saisie de l'affaire et a établi le coût du rachat à 1,447 million d'euros, un montant tenant compte du paiement échelonné sur six ans", a éclairci Jean-François Bourg, directeur de la jeunesse et des sports à la Ville. En précisant que certains projets avaient été chiffrés: la couverture du bassin, d'abord, "qui n'apparaît pas du tout à l'ordre du jour pour le moment", ce qui n'est pas le cas de la pelouse du stade, très utilisée. "Investir sur une pelouse synthétique pourrait paraître pertinent. Reste que la priorité demeure pour l'heure aux mises aux normes et à l'accessibilité."

Autre point qui inquiétait les conseillers: les conditions d'utilisation pour la population cheminote: "Rien ne va changer", les a assurés le directeur. "La même population sera éligible aux même avantages qu'avant." Et d'ajouter: "Le stade qui accueille 850 licenciés et 10 sections s'ouvrira à un nouveau public dès 2013, durant les petites et les grandes vacances et accueillera des stages sportifs pour les jeunes. "Il était dans un état déplorable. Je suis ravie que la Ville le prenne en charge. C'est une bouffée d'oxygène qui arrive", a confié une conseillère, en avançant: "Il serait intéressant de tomber les murs qui le dissimulent pour ajouter à cette bouffée d'air."

Le quartier, caractérisé par son étendue, abrite aussi le projet d'éco-lotissement "Le Pilou" présenté hier soir par Territoire 19 (nous vous en avions déjà parlé ici). "Il n'en est encore qu'au stade de faisabilité", a précisé Elisa Jeantet-Maire en charge de ce projet. Ce programme immobilier mixant accession sociale à la propriété et locatif, peu gourmand en énergie, sortira de terre en lieu et place des anciennes serres Delpy. Il a suscité de nombreuses interrogations à commencer par sa légitimité. "Il me semble que beaucoup de logements à Brive restent vacants. A commencer par les grands immeubles qui s'élèvent à proximité du Pilou en direction de la route de Lanteuil", fait remarquer une conseillère.



"De par leur coût, ces logements construits par le passé ne correspondent pas du tout aux attentes de la population. Là, nous sommes sur une trentaine de lots de petites maisons. Les parcelles sont petites et les produits accessibles", a expliqué Elisa Jeantet-Maire. Et Martine Contie, en tant qu'administrateur de l'OPH a précisé que "1047 demandes de logements sociaux restent aujourd'hui en attente. La Ville est encore très en-deça des taux imposés par la loi SRU, des taux qui risquent en plus d'être revus à la hausse." La principale cible de ce projet d'habitat mixte sont les familles: "les jeunes couples avec un enfant qui ont tendance à s'expatrier en dehors de la ville", a rappelé le chef de projet Territoire 19. "On compte sur vous", a terminé l'adjointe au maire Catherine Gabriel. "La concertation est au cœur de ces types de projets et si on arrive à en faire une réussite, il pourra plus facilement se généraliser ici. On a tout intérêt à aller dans ce sens d'autant qu'en ce domaine, on n'est pas en avance."

A l'issue d'un passage en revue des différents groupes de travail, dont le groupe inter-quartiers sur l'éclairage public (nous vous en avions parlé ici), des questions diverses ont fait apparaître le fort intérêt des conseillers de ce quartier pour le golf et l'aérodrome. Qu'à cela ne tienne. "Ces deux dossiers seront à l'ordre du jour du prochain conseil de quartier Sud, au premier trimestre 2013", a annoncé Chantal Féral-Mons. Des conseillers à l'écoute de leur ville, et en retour, une ville à l'écoute de ses conseillers. Un fonctionnement par la réciprocité qui continue de faire ses preuves.