Actualités

Bledina Brive: « 80 personnes de trop »

  • Publié le 29/06/2009 à 09:50
  • Par Marie Christine MALSOUTE
La nouvelle est tombée vendredi après-midi. Bledina a annoncé à son personnel briviste qu'il y avait 80 collaborateurs "de trop" sur son site du Teinchurier. "Il n'y aura pas de licenciements secs", affirme le spécialiste de l'alimentation pour bébés qui parle de départs volontaires en favorisant les retraites anticipées. Une première pour Bledina.

En mars dernier, Danone investissait 22 millions d'euros dans son site corrézien Bledina, pour accueillir une deuxième chaîne de fabrication de plats préparés dans la gamme Bledichef. A cette époque, le groupe déclinait aussi la subvention de 300.000 euros proposée par la Communauté d'agglomération de Brive pour soutenir l'activité économique, mais conditionnée par un maintien des emplois. Quatre mois plus tard, Bledina annonce devoir se séparer de 80 personnes sur ce même site de Brive et certains ne pourront s'empêcher d'y voir une relation de cause à effet.

Toujours est-il que la nouvelle a fait quelque peu l'effet d'une douche froide pour les salariés à l'aube de partir en week-end. Après une première annonce en Comité central d'entreprise à Villefranche, siège historique de groupe, la décision est descendue en cascade à Brive, d'abord en Comité d'entreprise avec les partenaires sociaux, pour finir par toucher l'ensemble du personnel jusqu'aux équipes de nuit.

"Il n'y aura pas de licenciements secs", affirme Marilise Marcantonio, directrice de communication du groupe Bledina, que nous avons joint ce matin par téléphone et qui parle de "décroissance des effectifs". Dans les motifs invoqués: le "contexte difficile" bien sûr, mais surtout "une réflexion globale menée pour pérenniser le site de Brive et le positionner comme référent international". Bref, il s'agit toujours et encore de "devenir plus compétitif". Et de minimiser: "il s'agit de 80 personnes sur 3 ans et demi sur un site qui en emploie près de 600, ce qui concerne 20 personnes par an. Nous allons mettre en place une gestion prévisionnelle de ces départs par un plan de cessation anticipée d'activité". La remarque ferait presque sourire à l'heure justement où le gouvernement français aimerait aborder la question du recul de l'âge du départ à la retraite.

Reste que très prochainement, dès septembre, la direction de Bledina et les syndicats devraient se retrouver autour de la table pour mettre au point les modalités de ces départs qui touchent toutes les catégories. Des deux côtés, on reconnait que la pyramide des âges des effectifs brivistes coinciderait avec le volant desdits effectifs en trop. "Nous sommes relativement confiants", déclare la chargée de communication. "Encore faut-il que les salariés puissent partir de façon décente", minimise Maryline Jacquet, déléguée CGT. " Reste que la syndiquée ne cache pas son amertume: "Nous ne nous y attendions pas. On veut faire de la productivité sur le dos des salariés et le travail sera réparti sur les autres employés. Nous sommes en concurrence avec d'autres sites en Pologne pour la fabrication de petits pots." Et d'ajouter: "je pense que ce n'est qu'un début et qu'il y aura d'autres départs". Côté FO, les délégués doivent tenir une réunion de concertation cet après-midi.