Actualités

Un King Arthur digne d'un roi

  • Publié le 12/02/2013 à 09:27
  • Par Marie Christine MALSOUTE


C'est un véritable monument du baroque signé Purcell qui sera joué samedi 23 février, à 20h30, au théâtre municipal de Brive. Un King Arthur, "un peu loufoque", avec ses personnages hauts en couleurs, en costumes aussi. Cet opéra avait marqué l'an dernier le 30e anniversaire du festival du Périgord noir.



"Plus qu'une reprise, il s'agit d'une nouvelle production", a expliqué Jean-Luc Soulé, président du festival du Périgord noir lors de la conférence de presse de présentation. Le directeur Michel Laplénie devra en effet adapter la mise en scène conçue initialement pour l'abbaye de Saint-Amand à la configuration du théâtre de Brive. "Le plateau technique du théâtre va permettre de jouer sur d'autres effets." C'est donc un petit bijou que pourra découvrir le public. Une véritable perle du baroque. Avec son "intrigue riche en rebondissements" et ses personnages hauts en couleurs, le Roi Arthur connait, depuis sa première représentation en 1690, un beau et durable succès. "C'est une histoire un peu loufoque, avec des allusions malicieuses, érotiques aussi par des jeux de mots et de scènes très suggestifs", s'amuse le président du festival. Un aspect qui avait été quelque peu édulcoré dans le cadre sacré de l'abbaye.

L'œuvre raconte la quête du roi Arthur pour retrouver sa fiancée, la princesse Emmeline, enlevée par le roi Oswald. Un affrontement entre le bon roi Arthur, le preux chrétien à la tête des Bretons, et le très païen Oswald, roi des Saxons. Ils se disputent ainsi à la fois la Bretagne et la belle Emmeline. "Cette lutte ne me parait pas si éloignée des querelles actuelles", commente Jean-Luc Soulé qui vante aussi "le génie de Purcell dans sa manière de traduire la folie et la magie qui habitent les personnages". Pour lui, "son œuvre la plus aboutie". Elle contient une mélodie particulièrement célèbre What power art thou (Acte 3 scène 2). Cette aria connue aussi sous le nom de la scène du froid également du génie du froid (frost scene ou cold genius), fut utilisée par la réalisatrice Ariane Mnouchkine pour illustrer la mort de Molière dans son film consacré au dramaturge.

A quelques jours de l'événement, le député-maire Philippe Nauche se déclare "très fier" du partenariat noué depuis 3 ans avec le Périgord noir. "On prend notre temps, mais les choses s'inscrivent dans la durée. Nous ne désespérons pas d'arriver à une coproduction", a-t-il annoncé. La Ville apporte au festival un soutien d'un montant de 24.000 euros (14.000 en subvention et 10 en prestations de services). "Notre ville est loin d'avoir atteint sa maturité en matière de programmation musicale, comme ce qui a été réalisé avec le théâtre vivant." Pour l'élu, "il y a une vraie marge de progression qu'il faudra développer avec les festivals voisins et amis". En insistant sur "une action pédagogique qui essaie d'aller contre les codes de la musique classique pour s'attirer un public plus large qui ne pense pas y avoir socialement accès". A ce titre, le bus de l'orgue sillonnera cette année les écoles et centres de loisirs de Brive afin de faire découvrir de façon ludique aux jeunes les mystères de cet instrument.

Quant à King Arthur, la vingtaine de jeunes chanteurs et instrumentistes qui répètent actuellement sur Paris, arriveront dès le mardi 19 pour prendre possession des lieux. Les répétitions s'enchaîneront jusqu'à la générale du vendredi soir. Une générale que la Ville et le Festival ont conjointement voulu ouvrir au public, à condition d'avoir réservé au préalable au 05.53.51.61.61. Les jeunes des centres de loisirs auront quant à eux la chance de pouvoir accéder aux répétitions, à l'œuvre en cours d'élaboration et s'imprégner du travail des artistes.

Cette pièce marquera en quelque sorte le lancement de la 31e édition du festival qui dévoilera sa saison construite autour du thème La voix des anges/la part des anges avec un hommage appuyé à Marc-Antoine Charpentier, autre grand compositeur du baroque, au travers notamment de l'emblématique Te Deum ainsi que d'une Pastorale. L'Académie de musique ancienne du Périgord noir sélectionne actuellement les jeunes talents qui prêteront voix à ce programme. Elle montera d'ailleurs fin avril à Budapest, avec l'académie Franz Listz un spectacle de cantates qui sera également donné le 8 août à Saint-Amand-de Coly. Un festival qui se déroulera du 4 août au 12 octobre.

***********



King Arthur, samedi 23 février à 20h30 au théâtre municipal de Brive. Tarifs: 20 euros; 15 euros pour les Brivistes. Possibilité d'assister à la générale du vendredi 22 en s'inscrivant au préalable. Infos et réservations au 05.53.51.61.61. Plus d'infos sur festivalduperigordnoir.fr.